- PUBLICITÉ -
Les jeunes Mirabellois peu intéressés à la politique municipale

 Gilles Boisvert

Les jeunes Mirabellois peu intéressés à la politique municipale

Débat dans le secteur de Saint‑Benoît

Les jeunes Mirabellois s’intéressent-ils à la politique municipale? C’est ce qu’ont pu vérifier les candidats à la mairie de Mirabel, jeudi soir dernier, alors que se tenait à la Maison des jeunes de Saint-Benoît un débat organisé à leur intention.

Bien que les quatre candidats aient préalablement accepté d’y participer, Luc St‑Jean et René Plouffe ont fait défection à la dernière minute, le débat initialement préparé en vue de réunir des adolescents de toutes les maisons de jeunes de Mirabel, dans le cadre du programme Électeurs en herbe, ayant trouvé peu d’adeptes.

C’est Léticia Lacroix, agente de mobilisation au Carrefour jeunesse-emploi (CJE) de Mirabel, qui coordonne pour le CJE ce programme ayant pour but de sensibiliser le groupe des 12‑17 ans à l’exercice de la démocratie en leur donnant l’occasion de voter.

En effet, elle avait même apporté des boîtes de scrutin. D’ici le 3 novembre, les jeunes auront ainsi l’opportunité de voter avec la même liste de candidats que leurs aînés. Leur vote n’aura évidemment qu’une valeur symbolique.

L’organisatrice paraissait quelque peu déçue du peu d’intérêt des jeunes, qui reflète une certaine réalité puisqu’il est connu que les 18 à 24 ans votent en faible nombre. La rencontre a tout de même eu lieu alors qu’une petite poignée d’adolescents se sont pointés à la Maison des jeunes de Saint‑Benoît.

Bons princes, Félix D’Aoust, candidat indépendant à la mairie, et Jean Bouchard, le chef du parti Action Mirabel – Équipe Bouchard, se sont prêtés à l’exercice de bon cœur, ne sachant au départ pas trop comment soulever l’intérêt de leur jeune assistance qui se montrait plutôt silencieuse.

Le temps de cette rencontre, M. Bouchard et M. D’Aoust ont délaissé leur discours de politiciens pour profiter de cette réunion toute simple en compagnie de futurs électeurs. Humblement, ils leur ont ainsi expliqué le rôle d’un conseiller municipal et celui d’un maire. Jean Bouchard les a conviés à consulter le site de son équipe ainsi que celui des autres candidats afin qu’ils puissent se faire une idée des candidats avant de voter.

Ils ont également questionné les jeunes sur leurs attentes et abordé l’idée du droit de vote à 16 ans. Les jeunes considèrent à cet égard que si on leur accorde un permis de conduire à cet âge, on peut tout aussi bien leur donner le droit de voter.

Quelques jeunes ont signalé que le secteur de Saint-Benoît offrait peu d’options à ceux qui désirent se trouver un travail d’étudiant.

Loquace et articulée, la présidente de la Maison des jeunes de Saint-Benoît, Marie-Soleil, a toutefois posé plusieurs questions pertinentes. Elle a exposé sa propre perception des électeurs. «Je pense que ceux qui ne vont pas voter se foutent de ce qui se passe. Y en a à Saint-Benoît qui ne vont pas voter, et ceux‑là, ils chialent tout le temps», a‑t‑elle dit.

Cette dernière s’est aussi permis de faire une demande aux politiciens. Elle souhaite qu’on aménage pour les jeunes un espace leur permettant d’autres types d’activités que le skate, des activités d’expression comme le graffiti, par exemple.

Enfin, Robert Charron, l’organisateur politique de Jean Bouchard, a convié les jeunes à aller sur le site Web de l’Équipe Bouchard pour suggérer un nouveau slogan pour Mirabel, question de remplacer le fameux La vie est belle à Mirabel

 

 

- PUBLICITÉ -

Nos chroniques

La dernière édition

- PUBLICITÉ -
Top