- PUBLICITÉ -
Les 1001 services essentiels pour contrer la maladie

La Société canadienne du cancer a pour mission d’éradiquer le cancer tout en améliorant la qualité de vie des personnes touchées par cette maladie.

Les 1001 services essentiels pour contrer la maladie

Société canadienne du cancer

1-888-939-3333. Cancer, j’écoute. Deux mots et une série de chiffres qui reflètent à la fois l’information disponible et le soutien moral (et essentiel) qui s’y rattache.

Deux petits mots qui, additionnés ensemble, verront l’émergence d’une infinité de services disponibles à la carte. Parce que c’est un peu ce que l’on offre à la Société canadienne du cancer: du service selon les besoins.

«Il y a deux types de services, du soutien psychosocial, et un service d’information francophone», explique Louise Préfontaine, agente au service de la communauté à la Société canadienne du cancer.

Un point de départ

La ligne sans frais 1-888-939-3333 (cancer.ca) se veut avant tout le point de départ des différentes avenues que prendront les patients. Indépendamment des appels reçus, elle est apte à référer tant l’aidant que le malade vers des ressources qui lui conviennent.

Que ce soit la période «panique», moment où l’on apprend être atteint d’un cancer, ou encore la solitude ressentie à travers la maladie, tous ces états doivent être pris en charge vitement. «Nous avons du jumelage téléphonique entre un bénévole et un malade, mais aussi du jumelage professionnel avec une travailleuse sociale, un sexologue, etc. Ce ne sont pas des thérapies, mais de l’aide du moment», précise Mme Préfontaine.

La Société canadienne du cancer offre aussi une multitude d’informations sur les types de cancer, la prévention, la détection précoce, les traitements et les effets secondaires, les essais cliniques, les thérapies complémentaires et parallèles, les statistiques, et ainsi de suite.

Groupes de soutien et autres

Outre les références mentionnées ci-haut, la Société canadienne du cancer, via ses 14 bureaux régionaux et ses 17 centres de services, met de l’avant d’autres types d’aides, à savoir des groupes de soutien animés par un bénévole et un professionnel de la santé une fois par mois, des ateliers de visualisation avec pratique de relaxation et de visualisation, des ateliers d’expression par les arts ainsi que des conseils concernant le maquillage, et les soins de peau.

De plus, chaque bureau régional possède des prothèses capillaires de qualité qu’il prête au patient, moyennant un très léger dépôt.

«On s’assure de leur trouver une perruque qui leur ressemble. Passé l’étape un peu choquante de voir toutes ces prothèses capillaires devant eux, il n’est pas rare que l’on attrape des fous rires», rappelle en souriant Mme Préfontaine.

- PUBLICITÉ -

La dernière édition

- PUBLICITÉ -
Top