- PUBLICITÉ -
Le tour de la Terre pour la persévérance scolaire

Le tour de la Terre pour la persévérance scolaire

Objectif atteint pour le PREL

L’objectif de 40 000 kilomètres fixé par les Partenaires pour la réussite éducative des Laurentides (PREL) pour la Marche synchronisée de sensibilisation et d’appui à la persévérance scolaire a été atteint. Ce sont donc 41 816 personnes qui ont marché leur kilomètre pour, au final, cumuler une distance équivalente à la circonférence du globe terrestre, à la hauteur de l’équateur.

«Nous sommes très fiers d’avoir dépassé l’objectif que nous nous étions fixé. Nous avons démontré d’une manière originale que les gens des Laurentides ont la volonté et la capacité de travailler ensemble pour la cause de la persévérance scolaire»,a indiqué par voie de communiqué la directrice générale du PREL, Annie Grand-Mourcel.

Toutes les directions d’établissements scolaires, municipalités, entreprises et autres organisations de la région ont convié à se mobiliser et à s’afficher en faveur de la persévérance scolaire lors de la deuxième édition. Exactement 134 d’entre elles ont accepté l’invitation.

La médaillée d’or en nage synchronisée, Sylvie Fréchette, a agi en tant que présidente honoraire de l’événement et a rappelé en ouvrant la marche que le décrochage scolaire est un enjeu figurant au 2e rang des préoccupations des Québécois et que, par conséquent, il est nécessaire de valoriser l’éducation afin que la diplomation des jeunes continue de croître.

Bourses

Dix bourses ont aussi été remises par le PREL pour récompenser les activités organisées sous le thème de la persévérance. Dans la région desservie par nos publications, le Centre de formation continue des Patriotes de Saint-Eustache, le pavillon Philippe-Labelle du Centre multiservice de Sainte-Thérèse, l’école secondaire Lucille-Teasdale, de Blainville, et l’école Horizon-du-Lac de Sainte-Marthe-sur-le-Lac ont vu leurs projets être primés.

Notons que le PREL a pour mandat de supporter les actions régionales et locales en vue de hausser le taux de scolarisation des jeunes Québécois. D’ici 2020, l’objectif est d’atteindre un taux de diplomation de 80 % chez les jeunes de moins de 20 ans. Si l’on se base sur les données recueillies par le ministère de l’Éducation, du Loisir et du Sport (MELS) datant de 2009-2010, le taux de sortie sans diplôme dans la région se situe à 13,7 % pour les filles et de 24,9 % pour les garçons.

 

- PUBLICITÉ -

La dernière édition

- PUBLICITÉ -
Top