- PUBLICITÉ -
Le tableau se précise dans Mirabel en vue des électionsfédérales

Le candidat libéral Karl Trudel.

Le député bloquiste sortant Simon Marcil.

Le tableau se précise dans Mirabel en vue des élections fédérales

Candidatures confirmées par les bloquistes et les libéraux

Déjà annoncée au mois de décembre dernier par le principal intéressé, la candidature de Simon Marcil dans la circonscription fédérale de Mirabel a officiellement été confirmée ces derniers jours, tout comme celle du libéral Karl Trudel. Il s’agira donc d’un nouveau duel entre les deux hommes qui étaient en lice il y a quatre ans.

Ces deux nouvelles annonces viennent préciser un peu plus le tableau en vue du scrutin d’octobre prochain, puisque Jean-François Desrochers est en campagne électorale depuis presque sept mois déjà pour le Parti conservateur du Canada.

Le nouveau Parti populaire du Canada (PPC) sera, lui, représenté par Christian Montpetit; sa candidature ayant été confirmée le 14 juin dernier par le chef Maxime Bernier en même temps que 30 autres lors d’une conférence de presse tenue à Montréal.

Ne reste donc que le Nouveau Parti démocratique (NPD) et le Parti vert du Canada (PVC), parmi les principales formations politiques, à faire connaître leurs couleurs à quatre mois de l’appel aux urnes.

À la recherche d’un deuxième mandat

Élu avec 837 voix de majorité et 31,49 % du suffrage exprimé aux élections fédérales de 2015, pour devenir le tout premier député de la circonscription fédérale de Mirabel, Simon Marcil tentera donc d’obtenir un second mandat lors du prochain scrutin.

L’actuel whip du Bloc québécois (BQ) et porte-parole en matière d’agriculture et de travail a été l’un des 10 bloquistes à avoir remporté la victoire le soir du 15 octobre 2015. M. Marcil avait alors, au terme d’une lutte à cinq, devancé de peu la députée néo-démocrate sortante d’Argenteuil-Papineau-Mirabel, Mylène Freeman, qui avait recueilli 30,08 % des votes exprimés. Le libéral Karl Trudel (26,11 %), le conservateur Gordon Ferguson (10,13 %) et le candidat vert Jocelyn Gifford (2,2 %) avaient suivi dans l’ordre.

Deux candidats, deux messages

«Ottawa est complètement déconnecté de la réalité des familles et des travailleurs. Un gouvernement qui coupe dans les transferts en santé, ce n’est pas un gouvernement de la classe moyenne. C’est aberrant qu’encore aujourd’hui, on doive se battre pour que l’assurance-emploi corresponde aux besoins du monde du travail ou pour que toute la population puisse travailler en français. Et non, nous ne laisserons pas ni les libéraux ni les conservateurs passer le pipeline Énergie Est à travers nos terres. Je demande donc aux gens de Mirabel de me faire confiance pour qu’on reste debout devant Ottawa» , a plaidé d’un côté le député sortant Simon Marcil.

«Depuis près de 30 ans, les familles de la circonscription ont été représentées par des députés qui siègent dans l’opposition. Mirabel se développe et mérite d’être assise à la table décisionnelle. Mirabel a besoin d’une équipe ambitieuse qui travaille fort pour qu’elle puisse continuer de prospérer. J’invite tous ceux et celles qui aspirent à un Mirabel plus progressiste, plus inclusif, plus prospère et plus vert, à joindre notre équipe afin d’appuyer notre mouvement» , de répliquer, de l’autre côté, le candidat libéral Karl Trudel qui a grandi à Saint-Joseph-du-Lac et s’y implique depuis plus de 20 ans.

Rappelons, enfin, que la circonscription fédérale de Mirabel créée lors du redécoupage électoral de 2013 regroupe les territoires des villes de Mirabel, Sainte-Anne-des-Plaines, Saint-Colomban, Sainte-Marthe-sur-le-Lac, ainsi que ceux des municipalités d’Oka, Pointe-Calumet, Saint-Joseph-du-Lac et Saint-Placide, sans oublier les terres de Kanesatake.

- PUBLICITÉ -

La dernière édition

Section concours

- PUBLICITÉ -
Top