- PUBLICITÉ -

Photo Benoît Bilodeau – Le député provincial de Deux-Montagnes, Benoit Charette.

Le REM, l’hôpital, l’après-pandémie: l’avenir s’annonce radieux selon le député Charette

Lors d’une entrevue qu’il a accordée au journal L’ÉVEIL la semaine dernière, le député de Deux-Montagnes et ministre de l’Environnement et de la Lutte contre les changements climatiques, ainsi que de la Lutte contre le racisme, Benoit Charrette, s’est dit optimiste quant à la progression de plusieurs dossiers relatifs à sa circonscription.

 

 

Christian Asselin

casselin@groupejcl.ca

 

 

Revenant d’abord sur la dernière année qui, dit-il, «a été pénible pour bon nombre de commerçants, les restaurateurs, notamment», Benoit Charette est d’avis que ceux-ci doivent continuer de tenir le coup jusqu’à la reprise de l’économie puisque des jours meilleurs les attendent.

«Je pense que nous pouvons être très optimistes. J’ai bon espoir que si nous arrivons à vacciner tous les volontaires, tous les adultes qui le souhaitent d’ici la fin de juin, dès cet été, voire cet automne, nous pourrons voir une réelle différence. L’économie devrait en profiter».

La croissance économique à laquelle s’attend le gouvernement du Québec, selon les prévisions exprimées récemment par son ministre des Finances, Éric Girard, serait en effet rapide et soutenue.

«Si tout va à la vitesse que l’on souhaite, cette croissance-là risque même d’être plus importante encore et c’est tant mieux, compte tenu que la dernière année a été difficile pour tout le monde. Je pense que plusieurs secteurs vont en bénéficier cet été», a indiqué Benoit Charette, lui-même fébrile à l’idée de pouvoir de nouveau aller à la rencontre des citoyens et commerçants du comté.

Implication communautaire

La pandémie a aussi eu ses effets sur les politiciens, habitués à serrer des mains lors d’événements mondains, notamment, mais aussi à l’occasion d’activités de masse organisées dans leur circonscription. Malgré le confinement, Benoit Charette est tout de même parvenu à accomplir son rôle de député, assure-t-il.

«La dernière année m’a permis de découvrir mon sous-sol! Mais je suis demeuré en contact par le biais de Zoom avec les gens du comté. Malheureusement, les rencontres physiques ont été interrompues. Les fameuses activités auxquelles tout député prend plaisir à participer les soirs et les fins de semaine ont été suspendues, donc oui on s’ennuie de notre monde, de la communauté, mais nous restons impliqués».

À titre d’exemple, il est demeuré en contact avec les organismes communautaires de Deux-Montagnes qui en ont bavé ces 12 derniers mois.

«Il n’y a pas eu d’interruptions de services à ce niveau. C’est la façon de se contacter qui a changé. Je ne me souviens plus la dernière fois où j’ai donné la main à quelqu’un!»

Dossiers majeurs du comté

Lorsque l’on se penche sur les dossiers prioritaires sur le territoire de Deux-Montagnes, viennent immédiatement en tête celui de l’Hôpital de Saint-Eustache où les travaux d’agrandissement tant attendus tardent à se mettre en branle, et celui de la gare du Réseau express métropolitain (REM) à Deux-Montagnes pour lequel on annonce déjà des retards dans la livraison. Là encore, Benoît Charette fait confiance à l’avenir.

«Les travaux du REM sont bel et bien lancés. J’ai visité le chantier à deux reprises au cours de la dernière semaine et je peux vous dire que ça bouge beaucoup. L’hôpital est un autre dossier qui avance très bien. C’est certain que la première pelletée de terre n’est pas pour demain, mais nous sommes à la veille de confirmer un investissement majeur qui va complètement revoir la configuration de notre urgence et qui va permettre l’ajout de lits».

Comme ministre de l’Environnement et ministre responsable de la Lutte au racisme, Benoit Charette ne peut par ailleurs que se réjouir des budgets alloués à ces secteurs en marge du plus récent de budget présenté par Québec. Il se dit aussi enthousiasme quant à la problématique de transport qui se règlera par l’ajout de voies réservés au transport en commun sur l’autoroute 15.

«La région a retrouvé un certain intérêt aux yeux du gouvernement, a conclu Benoit Charette. Sans tomber dans la partisannerie, on ne voyait pas ces investissements-là dans les précédents gouvernements péquiste et libéral. On avait un très gros déficit interrégional au niveau transport et santé, mais c’est en train de se rétablir!»

 

BB Charette Ste-Marthe mai 2019.jpg

Photo Benoît Bilodeau – Le député provincial de Deux-Montagnes, Benoit Charette.

 

Mots clés : ministère de l’Environnement,

- PUBLICITÉ -

La dernière édition

- PUBLICITÉ -
Top