- PUBLICITÉ -

Le programme d’études intermédiaires (PEI) est offert depuis plus de 20 ans à l’école secondaire d’Oka.

Le PÉI transféré de l’ÉSO à la PDM: Le CSSMI promet des mesures transitoires

De l’avis du Centre de services scolaire des Mille-Îles (CSSMI), la décision de déplacer ou non le programme d’études intermédiaires de l’École secondaire d’Oka (ÉSO) à la polyvalente Deux-Montagnes (PDM) ne pouvait être prise de façon distincte car « le déplacement des clientèles doit être vu de façon globale afin de s’assurer que les pistes proposées respectent les places disponibles ».

Cela dit, le CSSMI promet que les intervenants et élèves concernés seront interpelés au sujet des mesures transitoires dès cet hiver. « Une consultation officielle au sujet de ces mesures aura lieu à l’automne 2022 en vue d’une adoption en décembre 2022 », d’indiquer Mélanie Poirier, conseillère en communication pour le CSSMI, en réponse à des questions adressées par votre hebdo L’ÉVEIL à la suite de la décision du conseil d’administration de la CSSMI de transférer ce programme vers la PDM à compter de septembre 2023.

Parents et élèves de l’ÉSO ont tenté, en vain, de s’opposer au scénario qu’avait proposé le CSSMI dans son document de consultation et se disent « extrêment déçus » de la décision qui a finalement été rendue.

Des balises bien précises

Selon Mme Poirier, ce scénario a été établi selon des balises bien précises, comme celui de favoriser la fréquentation des élèves à leur école de quartier et celui de favoriser le respect de la capacité d’accueil des écoles secondaires « en équilibrant les clientèles des différentes écoles de quartier à travers leurs différentes zones de desserte et des places attribuées aux programmes particuliers à caractère régional ».

« Dans le cas qui nous occupe, bien qu’un léger surplus de clientèle soit prévu à l’école secondaire Liberté-Jeunesse, les élèves en provenance de Sainte-Marthe-sur-Le-Lac bénéficieront d’un choix d’école qui pourrait venir atténuer les impacts. Ce scénario prévoit aussi un espace disponible à la nouvelle école afin de pouvoir y accueillir des classes spécialisées. Le scénario proposé par l’école secondaire d’Oka a été rigoureusement analysé. Cependant, il ne respectait pas certaines de ces balises et n’était pas viable à moyen terme dans l’optique où les décisions sont prises dans le meilleur intérêt de l’ensemble des élèves », de préciser, par courriel, Mme Poirier.

Quant aux économies d’argent que ce scénario permet d’apporter, le CSSMI mentionne qu’il permettra de réduire le nombre de groupes au deuxième cycle de l’internationale de trois groupes annuellement. «En ce moment, ces élèves sélectionnés sur la base de la réussite assurée bénéficient des plus petits ratios d’élèves réguliers du centre de service. Cette économie annuelle pourra profiter à l’ensemble des élèves du secondaire », d’expliquer Mme Poirier dans son courriel.

Enfin, la CSSMI rappelle n’avoir pas ouvert d’école secondaire depuis le milieu des années 2000 et qu’il « est donc rare de devoir faire une piste de solution qui touche autant d’écoles ». « Dans le cas d’une ouverture d’école primaire, quelques milieux sont habituellement touchés et toutes les incidences sont aussi dans la même piste de solution afin de nous assurer de la cohésion finale de cette piste de consultation », précise-t-on sur ce point.

À LIRE AUSSI:

Le PÉI transféré de l’ÉSO à la PDM: Des parents et des élèves « extrêmement déçus  »

- PUBLICITÉ -

La dernière édition

- PUBLICITÉ -
Top