- PUBLICITÉ -
Le nombre de signatures requises n’est pas atteint

Le projet Albatros initié par l’administration du maire Pierre Charron

Le nombre de signatures requises n’est pas atteint

Le projet Albatros va de l’avant

La tenue du registre sur le règlement 1821 (règlement d’emprunt de 13,9 millions de dollars pour l’acquisition du terrain du Club de golf Deux-Montagnes) n’a pas permis de recueillir les 865 signatures requises pour bloquer le projet et qui auraient forcé la Ville de Saint-Eustache à aller en référendum.

Le 26 juin dernier, 772 personnes ont signé le registre à l’hôtel de ville de Saint-Eustache, ce qui fait en sorte que le projet de règlement est réputé comme approuvé par la population et que la Ville peut poursuivre les démarches en vue du développement du projet Albatros, constitué d’un développement résidentiel et industriel sur les terrains actuellement occupés par le Club de golf Deux‑Montagnes.

Prenant acte de la décision de la population, le maire de Saint-Eustache, Pierre Charron, s’est dit déçu des opposants au projet qui, dit‑il, «se sont livrés à un exercice de désinformation sans précédent, multipliant les initiatives afin que les citoyens signent le registre, et je suis convaincu que la majorité des 772 signataires l’ont fait de bonne foi, sur la base des informations erronées qu’on leur a fournies».

En premier lieu, M. Charron estime que les deux conseillers municipaux indépendants au conseil municipal, Denis Paré (Vieux-Saint‑Eustache) et André Biard (du Carrefour), «n’agissent que pour des motifs purement politiques» dans ce dossier, les accusant d’avoir «floué et manipulé» la population, un comportement indigne de leur fonction. «S’ils avaient un minimum de décence, ils démissionneraient sur‑le‑champ.»

Ensuite, il estime que la Table de vigilance des citoyens de Saint-Eustache s’est aussi livrée à un exercice de désinformation par les publicités qu’elle a publiées et distribuées au cours des derniers jours et des dernières semaines, notamment à propos de dépassements de coûts et d’augmentation de taxes municipales.

Le maire Charron a rappelé que plusieurs éléments étaient en jeu dans ce dossier, notamment la vente de la portion résidentielle prévue avec Gestion Benoît Dumoulin (GBD), à 11,7 millions de dollars, et des revenus de taxation annuels de deux millions de dollars y étant attribués une fois que toutes les 700 unités de logement auront été vendues. À terme, dit‑il, la portion industrielle procurera un millier d’emplois.

Si la signature du registre l’y avait obligé, M. Charron affirme que plusieurs options se seraient offertes à son administration. Référendum, élection référendaire, achat du terrain de golf en partie seulement: toutes les options étaient ouvertes.

L’étape du registre étant maintenant franchie, le prochain jalon est l’acceptation, par le conseil le 8 juillet prochain, de la résolution sur le règlement d’emprunt. À cette même séance ordinaire, le conseil municipal adoptera un projet de programme particulier d’urbanisme (PPU), lequel serait voté pour adoption finale à la séance d’août.

L’administration du maire Pierre Charron doit aussi recevoir, au cours du mois d’août, les autorisations du ministère des Affaires municipales, des Régions et de l’Occupation du territoire (MAMROT). Enfin, vers le mois de septembre, la Ville devrait être en mesure de conclure l’acte notarié pour l’achat du terrain de golf et la vente d’une partie de celui‑ci à Gestion Benoît Dumoulin (GBD) pour la portion résidentielle.

 

- PUBLICITÉ -

La dernière édition

- PUBLICITÉ -
Top