- PUBLICITÉ -
Le ministre Coiteux présente le nouveau Fonds d’appui au rayonnement des régions

Marc Croteau, sous-ministre du MAMOT, Martin Coiteux, ministre du MAMOT, Yves St-Denis, député d’Argenteuil, et Claudette Larouche, directrice à la Direction régionale du MAMOT, ont animé cette rencontre.

Le ministre Coiteux présente le nouveau FARR aux élus de la région

En vue de la mise sur pied prochaine du nouveau Fonds d’appui au rayonnement des régions (FARR) et du renouvellement de la Stratégie pour assurer l’occupation et la vitalité des territoires (stratégie OVT), le ministre des Affaires municipales et de l’Occupation du territoire (MAMOT), Martin Coiteux, était de passage, au mois de mars dernier, dans la région des Laurentides pour consulter préfets, maires et députés afin de cibler quelles sont leurs priorités.

Précisons que le FARR disposera, en 2017-2018, d’une enveloppe budgétaire de 30 M$ dédiée au développement régional et atteindra 100 M$ par année dans cinq ans. D’ici 10 ans, le gouvernement québécois prévoit que ce sont 810 M$ qui auront été investis dans ce fonds.

Quant à la prochaine stratégie OVT 2017-2021, qui devra être prise en considération par les différents ministères et organismes gouvernementaux dans leurs actions, celle-ci doit intégrer pleinement les priorités régionales. Cette stratégie se veut, selon le MAMOT, plus près des réalités de chacune des régions.

«Le gouvernement innove en matière de développement économique régional. Grâce au FARR, ce sont 100 M$ qui seront à terme investis chaque année dans des projets mobilisateurs sélectionnés par les élus locaux en fonction des priorités spécifiques de leur région. Ces priorités viendront alimenter directement les orientations des ministères et des organismes gouvernementaux pour assurer la vitalité des territoires du Québec», a déclaré le ministre Coiteux lors de son passage dans la région des Laurentides.

Les députés caquistes insatisfaits

Les députés de la Coalition Avenir Québec (CAQ), qui assistaient à cette rencontre, se sont cependant dits «fort insatisfaits» de ce qu’ils ont entendu à cette occasion.

«Soyons clairs: nous sommes heureux que des sommes d’argent soient réinvesties afin de permettre à des projets structurants régionaux de voir le jour. Par contre, le gouvernement présente le FARR comme une innovation digne de mention, alors qu’il s’agit essentiellement de ce que les régions détenaient auparavant», a commenté le député de Blainville, Mario Laframboise, porte-parole de la CAQ en matière d’affaires municipales.

Le député de Deux-Montagnes, Benoit Charette, s’interroge, quant à lui, en ce qui concerne la répartition des sommes qui seront allouées alors que la région des Laurentides recevrait 2 M$ sur le budget global de 30 M$. «Considérant qu’il y a 15 régions couvertes par le programme, nous pouvons dire que le gouvernement ignore encore la réalité des familles québécoises des Laurentides. Quand est-ce que le gouvernement de Philippe Couillard palliera enfin à notre sous-financement?» de questionner le président du caucus caquiste laurentien.

Enfin, la députée de Mirabel, Sylvie D’Amours, dit s’inquiéter du fonctionnement de la nouvelle structure. «C’est nébuleux. D’un côté, le ministre affirme donner carte blanche aux acteurs de la région quant à la constitution de la structure décisionnelle, mais de l’autre, il souhaite que ça s’articule autour de la table des préfets. Aussi, le ministre centralise la gestion du programme dans son ministère et confirme que les budgets restants seront versés au Fonds consolidé du gouvernement du Québec à la fin de l’année. C’est incohérent!» d‘indiquer celle-ci.

- PUBLICITÉ -

La dernière édition

- PUBLICITÉ -
Top