- PUBLICITÉ -

Volontaire pour accueillir les dons d’objets en ce temps des déménagements, le Grenier populaire veut sensibiliser la population au fait qu’il ne peut en aucun cas se substituer à l’écocentre.

Le Grenier populaire souhaite des déménagements responsables

De nombreux déménagements auront lieu et à l’instar des autres villes québécoises, les trottoirs de Saint-Eustache reçoivent une quantité phénoménale de matières et d’objets, bien souvent réutilisables ou recyclables. Le Grenier populaire des Basses-Laurentides offre une solution de proximité à cette problématique, du moins, partiellement.

«C’est grâce à vos dons que nous accompagnons et formons des individus en vue de les intégrer vers le marché du travail en offrant à une clientèle variée des biens de seconde main à faible prix. Valoriser des objets qui autrement se dirigeraient vers les rebus, c’est notre métier!», de dire la directrice-générale de l’organisme, Christine Richard.

Cependant, à l’approche des déménagements, l’organisme veut prendre un instant pour sensibiliser la population au fait que le Grenier populaire ne peut en aucun cas se substituer à l’écocentre. «Chaque chose invendable déposée chez nous, et, qui plus est, le plus souvent en dehors des heures ouvrables, a pour conséquences de nous handicaper lourdement sur le plan des opérations», souligne Christine Richard.

Comme tout organisme communautaire, le Grenier populaire ne bénéficie que de ressources limitées. Le temps passé à dégager la cour arrière des encombrants ou autres poubelles laissées à la porte est du temps enlevé pour valoriser les dons de la population.

«Nous vous demandons donc de ne nous laisser que des objets revendables, sur les heures ouvrables. Nous en profitons aussi pour vous demander de ne pas fouiller dans nos sacs ni étendre le matériel dans notre cour. Il en va de notre qualité de vie à tous», termine madame Richard en souhaitant de sincères remerciements à tous les partenaires de l’organisme.

Le Grenier populaire

Il s’agit d’une entreprise d’insertion professionnelle et sociale à but non-lucratif, qui offre des parcours d’insertion rémunérés à des personnes en difficultés d’intégration sociale. Les parcours comprennent de la formation technique, des suivis et de l’accompagnement pour favoriser l’accès au marché du travail.

La deuxième mission consiste à vendre, à prix modique, une panoplie d’articles offerts gracieusement par la communauté. Si le magasin donne un pouvoir d’achat aux personnes moins bien nanties, il permet également aux participants des parcours d’insertion d’œuvrer dans une situation réelle de production qui comprend la vente, le service à la clientèle, le triage des matières, la manutention, l’entretien et enfin, le transport.

Le Grenier favorise une économie circulaire durable basée sur la consommation responsable des ressources et la réduction des déchets. Cette triple finalité donne tout son sens à l’action de l’organisation et fait du Grenier populaire des Basses-Laurentides, un modèle de développement durable. Pour plus de renseignements, visitez: [http://www.grenierpopulaire.com].

- PUBLICITÉ -

La dernière édition

- PUBLICITÉ -
Top