- PUBLICITÉ -
Le doublement des voies est prioritaire

Le doublement des voies sur la ligne de train de banlieue de Deux-Montagnes et la construction d’un stationnement incitatif à Saint-Eustache s’avèrent prioritaires aux yeux des élus de la région.

Le doublement des voies est prioritaire

Train de banlieue vers Saint-Eustache

Le prolongement de la ligne du train de banlieue de Deux-Montagnes jusqu’à la gare à Saint-Eustache bat de l’aile depuis que l’annonce du retrait du projet du plan triennal d’immobilisation 2013-2014-2015 de l’Agence métropolitaine de transport (AMT). Or, la nouvelle gare, qui devait être établie dans le secteur industriel de Saint-Eustache, aurait été pourvue d’un stationnement incitatif de quelque 1 500 places.

Malgré les incertitudes qui planent au-dessus de ce projet de prolongement, le maire de Saint-Eustache, Pierre Charron, reste optimiste. «Il reste des sommes pour des études, dit-il. Michel Veilleux, le vice-président planification et innovation de l’AMT, m’a assuré que cette extension est importante pour eux.»

«Il faut ce stationnement à Saint-Eustache, mais ils (l’AMT) doivent faire des travaux pour le dédoublement des lignes. On le savait, mais on pensait que ça serait plus vite», poursuit le maire de Saint-Eustache, soulignant qu’il laissait aux représentants de l’AMT le soin de régler leurs problèmes avec le CP et le CN sur cette épineuse question. M. Charron rappelle avoir reçu la confirmation, en 2008, que le Conseil des ministres avait approuvé les crédits budgétaires du projet. Les paroles s’envolent et les écrits restent, alors M. Charron, au moment de l’entrevue, attendait toujours la confirmation écrite de la part de M. Veilleux.

Pour le maire de Deux-Montagnes et préfet de la MRC, Marc Lauzon, il faudra forcément doubler les voies actuelles pour augmenter le service, car les wagons du train sont déjà pratiquement remplis lorsqu’ils quittent la gare de Deux-Montagnes. Il explique qu’un tel projet se ferait «à un coût bien moindre que le métro», soulignant que le trajet de Deux-Montagnes–Montréal se fait en 35 minutes.

Le doublement des voies permettrait, selon M. Lauzon, d’effectuer des départs aux 10 minutes au lieu des délais actuels de 20 minutes entre chaque départ. Tout ça ne sera pas possible tant et aussi longtemps que le dédoublement des voies ne sera pas fait. Or, allègue-t-il, le service de train de banlieue de Deux-Montagnes–Gare centrale aurait le meilleur rapport qualité/prix.

Il serait impossible d’augmenter sensiblement le nombre de places de stationnement autour de la gare de Deux-Montagnes elle-même: des utilisateurs vont même jusqu’à se stationner aux Promenades Deux-Montagnes pour prendre le train.

La nomination de Nicolas Girard, candidat péquiste défait dans Gouin aux élections provinciales du 4 septembre dernier, comme président-directeur général de l’Agence métropolitaine de transport, suscite des questionnements chez Marc Lauzon, qui souligne la bataille de M. Girard pour le projet de métro dans l’est de Montréal.

«Peut-être que son discours va changer maintenant qu’il est à l’AMT», dit-il, soulignant que son administration et la MRC allaient travailler avec l’AMT et la Communauté métropolitaine de Montréal (CMM) pour continuer de développer le secteur de la gare.

- PUBLICITÉ -

La dernière édition

- PUBLICITÉ -
Top