- PUBLICITÉ -
La Salle Rhéal Pigeon inaugurée!

Michel Chartrand - De nombreux invités ont assisté à l’inauguration de la salle en l’honneur de Rhéal Pigeon.

La Salle Rhéal Pigeon inaugurée!

Pour souligner 21 ans de bénévolat

Tout sourire, Rhéal Pigeon est arrivé à la salle de formation du Grenier populaire sans savoir exactement ce qui l’attendait. Invité à rejoindre ses collègues bénévoles de l’organisme pour souligner son anniversaire survenu en décembre, l’ancien président du conseil d’administration du Grenier populaire s’est vite rendu compte que la véritable raison de l’invitation était tout autre.

Cofondateur du Grenier populaire, Rhéal Pigeon y a fait du bénévolat pendant 21 ans. L’organisme, en présence de personnalités connues du milieu communautaire, a tenu à souligner la contribution de ce fondateur en inaugurant sous le nom de Salle Rhéal Pigeon, cette salle de formation, située au deuxième étage du Grenier populaire, où les personnes en réinsertion sociale échangent sur leurs compétences techniques, humaines et sociales. «Je suis surpris et ému», a convenu M. Pigeon visiblement heureux de cette attention.

Le président actuel de l’organisme d’insertion socioprofessionnelle, Raymond Lussier, a souligné les réalisations accomplies alors que M. Pigeon oeuvrait bénévolement au sein du conseil d’administration de l’organisme: déménagement, agrandissement, mise sur pied du programme Accès-Emploi et du département de mobilier de bureau Bur-o-cycle, accréditation comme entreprise d’insertion socioprofessionnelle reconnue par Emploi-Québec.

Le président Lussier a ainsi pris la parole: «Rhéal Pigeon est un homme de coeur et un visionnaire. Il demeure un modèle d’engagement, de foi, de persévérance et de soutien communautaire. Il osait prendre des risques en appuyant de nouveaux projets. Il était toujours disponible pour soutenir l’équipe de direction et sa grande sensibilité lui permettait de comprendre de l’intérieur, les besoins de la clientèle.»

M. Pigeon a participé à la fondation du Grenier populaire avec Jean-Jacques Bouchard et Robert Grégoire. Il s’agissait d’un projet chapeauté par le Centre d’entraide Racine-Lavoie. M. Pigeon a agi en tant que président du conseil d’administration du Grenier populaire de 1990 à 2002.

M. Lussier a rappelé que le Grenier populaire atteignait des ventes de 72 000 $ en 1995, soit cinq ans après sa fondation, tandis qu’en 2011, elles totalisaient plus de 700 000 $. De plus, l’entreprise d’insertion réintègre en emploi depuis quelques années de 35 à 50 personnes annuellement. «M. Pigeon peut être très fier de ce résultat, car le Grenier est devenu un levier économique et un employeur socialement engagé», a déclaré M. Lussier.

M. Pigeon est très fier de ce que l’organisme est devenu au fil des ans. «Chaque déménagement signifiait qu’on augmentait nos ventes et le nombre de jeunes qui travaillaient pour nous. C’était le but: engager le plus de personnel pour les inciter à retourner sur le marché du travail», indique l’octogénaire de Saint-Eustache.

En 1994, l’organisme embauchait trois personnes; en 2002, il y avait neuf employés. Dix ans plus tard, ils sont une vingtaine. Selon le directeur général de l’organisme, Yves Desforges, le taux de réussite de la réinsertion des participants sur le marché du travail s’élève en moyenne à 81 % au cours de la dernière décennie.

M. Pigeon a annoncé sa démission l’automne dernier. Père et grand-père, il entend profiter de la vie: jouer aux quilles, partager des repas au restaurant avec des amis et voyager.

- PUBLICITÉ -

La dernière édition

- PUBLICITÉ -
Top