- PUBLICITÉ -
La ministre Sylvie D’Amours ouvre ses portes aux sinistrés

Photo Nicolas T. Parent

La ministre et députée Sylvie D’Amours, en discussion avec un résidant de Sainte-Marthe-sur-le-Lac.

La ministre Sylvie D’Amours ouvre ses portes aux sinistrés

Pour connaître les besoins actuels

Le bureau de circonscription provincial de Mirabel était ouvert aux citoyens de la Ville de Sainte-Marthe-sur-le-Lac, le samedi 1er juin, en avant-midi, à Saint-Joseph-du-Lac. La ministre responsable des Affaires autochtones, responsable de la région des Laurentides et députée de Mirabel, Sylvie D’Amours accueillait ainsi les résidants touchés par les inondations afin d’entendre leurs préoccupations et inquiétudes.

L’élue disait, à la suite de cette rencontre, que son équipe est présente à tout instant afin de répondre aux questions, au meilleur de ses connaissances.

Lors de la même fin de semaine, l’élue provinciale a rencontré ceux qui sont à l’origine de la pétition inscrite à l’Assemblée nationale demandant de bonifier le programme d’indemnisation aux sinistrés. Elle assure que les deux rencontres «lui permettent de connaître les besoins de ses concitoyens et ainsi apporter ces informations à qui de droit» .

Les personnes ont ainsi pu livrer leur questionnement, nombre de problèmes, ainsi que proposer des pistes de solution, pour la suite des choses. On assure que l’échange fut constructif. Le tout s’est déroulé dans le respect.

Comité et reconstruction

«On ne se cachera pas que ce qu’on connaît présentement est un précédent pour le Québec tout entier, donc nous n’avons aucune balise sur laquelle s’appuyer» , résume bien Brigitte Pruneau, une citoyenne présente à la rencontre, elle qui n’a pas tardé à faire son propre compte-rendu via les réseaux sociaux.

«Mme D’Amours nous a mentionné qu’une action ministérielle a été mise sur pied, un comité regroupant plusieurs ministères et autres députés provinciaux, pour Sainte-Marthe-sur-le-Lac exclusivement» , stipule-t-elle, disant que les citoyens devraient avoir une mise à jour de la part de ce comité au courant de la semaine, si ce n’est pas déjà fait.

«Pour ce qui est des permis de reconstruction, la question a été posée et il est clair que nous aurons, probablement avec un décret spécial pour notre cas exceptionnel, des réponses cette semaine

Zones inondables et décontamination

En ce qui concerne la nouvelle cartographie des zones inondables, cette dernière stipule que c’est la Communauté métropolitaine de Montréal (CMM) qui en est responsable, elle qui déposerait, aux dires du compte-rendu, un rapport le jeudi 20 juin prochain.

On ajoute que «le gouvernement n’est pas impliqué dans ce rapport. Il va recevoir ce dernier de la CMM et devra probablement en débattre, comme les maires des municipalités concernées

Cela dit, plusieurs citoyens se disaient préoccupés, alors que le sujet de la décontamination des demeures ou la possibilité de démolition a été abordé, entre autres. Actuellement, ce sont les contribuables touchés par la crue des eaux qui doivent engager des compagnies après sinistres, pour faire le boulot, ne sachant pas pour autant «où se lancer» . Un citoyen notait d’ailleurs que la fourchette de prix, pour ces services, variait de façon considérable.

Lors de la rencontre de samedi, on discutait donc que le ministère de la Sécurité publique pourrait lui-même contacter ces compagnies, afin qu’ils offrent des services plus uniformes.

«Mme D’Amours nous a entendu, soyez assurés qu’elle est là pour nous, elle est extrêmement concernée» , écrit la dame de Sainte-Marthe-sur-le-Lac, dans son résumé. «Bref pour résumer le tout, on est dans une zone inconnue pour tous les paliers de gouvernance et ça implique un temps de réflexion, pour bien faire les choses en établissant des balises réalistes à nos besoins

À suivre…

- PUBLICITÉ -

La dernière édition

Section concours

- PUBLICITÉ -
Top