- PUBLICITÉ -
La mairesse Sonia Paulus parle des 50 ans d’histoire de Sainte-Marthe-sur-le-Lac

(Photo Michel Chartrand) - Entourant la mairesse de Sainte-Marthe-sur-le-Lac, Sonia Paulus, nous reconnaissons Bertrand Samson, président de la Fondation Émile-Z.-Laviolette, Stéphane Lacombe, président de la Chambre, et Frédéric Kieffer, des caisses Desjardins Saint-Eustache–Deux-Montagnes.

La mairesse Sonia Paulus parle des 50 ans d’histoire de Sainte-Marthe-sur-le-Lac

Chambre de commerce et d’industrie Saint-Eustache–Deux-Montagnes– Sainte-Marthe-sur-le-Lac

Profitant de la tribune accordée, le 20 avril dernier, par la Chambre de commerce et d’industrie Saint-Eustache–Deux-Montagnes–Sainte-Marthe-sur-le-Lac, la mairesse de Sainte-Marthe-sur-le-Lac, Sonia Paulus, a orienté son allocution en faveur du 50e anniversaire de fondation que la Ville s’apprête à célébrer. «Je n’aurais pas le temps de vous relater les 50 dernières années d’histoire de notre ville. Permettez-moi tout de même de vous esquisser quelques étapes de notre passé pour ensuite nous projeter dans un avenir très immédiat, toujours sous l’angle du développement économique», a-t-elle débuté.

Ont suivi les évènements qui ont marqué l’histoire de Sainte-Marthe-sur-le-Lac, à commencer par le détachement des paroisses de Sainte-Marthe et de Saint-Eustache qui aura mené, en 1960, à la constitution du village de Sainte-Marthe-sur-le-Lac. Au départ une destination très prisée par les vacanciers montréalais, en raison de sa nature et de la plage du lac des Deux Montagnes, Sainte-Marthe-sur-le-Lac a aussi vécu l’arrivée de plusieurs commerçants, tels l’épicerie Maher et frères, le marchand de bois et quincailler Lespérance, le restaurant Les Quatre Vents, l’épicerie Axep, le commerce Maurice Décor, le célèbre Gérard Patates et le maraîcher Le Cultivateur. C’était aussi l’époque de la plage Roger avec sa marina, sa salle de réception et sa terrasse avec vue sur le lac et du club de golf Danny, devenu par après le Club de golf Sainte-Marthe. Certains se souviendront aussi de la première Caisse populaire, située entre la 15e Avenue et la 16e Avenue, du Steinberg, de La Cravate blanche de Claude Blanchard, du Bar Michel, du restaurant Le Spécialiste de la famille Marion et enfin, de la pharmacie BAM.

Croissance démographique et économique

Si la seconde partie du XXe siècle a permis à la ville de connaître une croissance démographique et économique avec, notamment, un important étalement urbain, la mise en place d’un secteur industriel léger en bordure de l’autoroute 640 et la construction, entre autres, du centre commercial Les Promenades Deux-Montagnes, avec à son bord les Steinberg, Greenberg et Zellers, la mairesse se réjouit de constater que la trame commerciale suit le rythme du développement résidentiel. «Et comme notre développement se poursuit, il ne faut jamais arrêter de planifier l’avenir», a-t-elle commenté.

C’est ainsi que le conseil municipal est présentement en mode réflexion sur l’état actuel du chemin d’Oka. Répond-il adéquatement aux besoins de la population? Reflète-t-il la personnalité de la ville? Exerce-t-il un certain pouvoir d’attraction? Autant de questions qui méritent, estime la mairesse, qu’on y réfléchisse. «Nous souhaitons développer une véritable vision structurante pour que les citoyens soient plus fiers de leur chemin d’Oka et que les commerces existants et ceux qui s’y implanteront prospèrent au bénéfice de toute la communauté», a-t-elle déclaré. Figurent déjà au programme, l’aménagement d’un nouvel accès pour l’autoroute 640 Est, à la hauteur de la 34e Avenue et l’installation de la Caisse Desjardins dans un nouvel édifice, sur le boulevard des Promenades, entre les épiciers Métro et Maxi.

Pour connaître le calendrier des activités de la Chambre, composez le 450-491-1991 ou tapez le [www.chambrecommerce.com].

- PUBLICITÉ -

La dernière édition

- PUBLICITÉ -
Top