- PUBLICITÉ -

La ministre Nadine Girault.

La Coalition Coalition Santé Laurentides rencontre la ministre Nadine Girault

«Je suis optimiste. Comme élu, à partir du moment qu’un mandat t’est donné, tu te dois d’agir… », considère Bruno Laroche.

Pour tout dire, le président de la Coalition Santé Laurentides (CSL) et président du Conseil des préfets et des élus de la région des Laurentides (CPÉRL) mise beaucoup sur les suites à être données à une rencontre que les dirigeants de la Coalition ont eue le 21 mai dernier avec la ministre responsable des Laurentides, Nadine Girault, et quatre  députés caquistes de la région.

Motion

La rencontre suivait d’une quinzaine de jours l’adoption [le jeudi 6 mai] d’une motion unanime à l’Assemblée nationale, pour « demander au gouvernement de soutenir la région des Laurentides en misant sur un rattrapage financier et une accélération des projets de modernisation et d’agrandissement de ses centres hospitaliers [et surtout l’hôpital régional de Saint-Jérôme].

La motion, rappelons-le, avait été présentée par le député indépendant de Chomedey, Guy Ouellette.

Ouverture et écoute

«Ce fut une rencontre lors de laquelle la ministre régionale a démontré de l’ouverture et de l’écoute», commente Bruno Laroche, par voie de communiqué de presse. «Nous souhaitons maintenant qu’elle porte avec engagement la voix des demandes formulées par la Coalition auprès du Conseil des ministres et que cela se traduise en actions concrètes, car il y a urgence d’agir maintenant. Ça fait presqu’un an que le premier ministre [de passage à Saint-Jérôme en juillet dernier] a formulé des demandes concrètes, particulièrement à l’égard de l’Hôpital régional de Saint-Jérôme. Peu de choses ont bougé depuis… ».

Alors que le Dr Daniel Picard, président de l’Association des médecins et professionnels pour l’avancement de l’Hôpital régional de Saint-Jérôme, ajoute : « pour tout le personnel médical et hospitalier de la région qui se démène corps et âme pour une région en croissance exponentielle et en vieillissement accéléré, on doit envoyer un signe plus fort et cela passe par un engagement de la part de nos député-es. Nous avons fait des propositions concrètes pour accélérer le processus de modernisation de nos centres hospitaliers, dont notre vaisseau-amiral. Nous sommes encore en attente».

La chose est d’autant plus importante que (les chiffres le disent) dans un horizon d’à peine 15 ans, la région comptera sur son territoire le contingent le plus important de personnes âgées de plus de 70 ans au Québec.

Pas de vacances

Tenant compte des expériences du passé (un projet d’agrandissement et de modernisation de l’hôpital régional de Saint-Jérôme annoncé, tour à tour, par les libéraux et les caquistes, mais pas encore en phase de réalisation), les gens de la Coalition entendent bien suivre le dossier de près, même pendant la saison estivale qui s’amorce.

«Nous allons demeurer aux aguets… », note Bruno Laroche, au cours d’une conversation téléphonique avec votre hebdo L’ÉVEIL. «C’est maintenant aux députés de répondre. Ils ont tout en mains. Avec dix députés (caquistes) et six ministres dans les Laurentides, c’est du jamais vu (…) La Coalition ne peut pas prendre de vacances. On ne peut pas se permettre de prendre davantage de retard, maintenant qu’on a une motion unanime à l’Assemblée nationale. Il nous faut être vigilants. On se reposera quand le projet sera vraiment enclenché».

TEP-scan

Par ailleurs, il faut parler d’une bonne nouvelle du fait que, depuis la rencontre avec la ministre Girault, on a reçu l’autorisation du ministre de la Santé et des Services sociaux, Christian Dubé, pour doter les Laurentides d’un TEP-scan, appareil hautement spécialisé pour la détection de certains cancers.

- PUBLICITÉ -

La dernière édition

- PUBLICITÉ -
Top