- PUBLICITÉ -
L’ACJ+ voit son enveloppe budgétaire dédiée à l’itinérance être bonifiée

La députée Linda Lapointe pose ici en compagnie des intervenants de la maison d’accueil Le Répit de la rue, ainsi que de Ronald Bélisle et Marie-Claude Renaud, président et directrice de l’ACJ+.(Photo Benoît Bilodeau)

Itinérance: l’ACJ+ voit son enveloppe budgétaire bonifiée

Contraintes de diminuer, au mois de mai dernier, les heures d’ouverture de sa ressource d’hébergement temporaire aux itinérants, en raison d’une diminution de l’enveloppe budgétaire qui lui était jusqu’alors allouée, les Ressources communautaires ACJ+ peuvent maintenant offrir à nouveau un service complet aux itinérants de passage à sa maison d’accueil Le Répit de la rue.

L’organisme fondé en 1988 peut, en effet, revenir à la situation d’avant mai 2016 depuis quelques semaines déjà, bénéficiant, avec l’arrivée du gouvernement libéral, d’une enveloppe budgétaire bonifiée.

L’annonce en a été faite à la maison d’accueil située au 311, rue Féré, à Saint-Eustache, par la députée de Rivière-des-Mille-Îles, Linda Lapointe, en présence du président du conseil d’administration de l’organisme, Ronald Bélisle, de la directrice, Marie-Claude Renaud, et de l’équipe d’intervenants.

Une subvention de 1,5 M$ sur cinq ans

En fait, c’est depuis le début de l’année 2017 que le service d’hébergement temporaire offert aux itinérants des Basses-Laurentides a été rétabli, l’organisme ayant eu la confirmation de cette bonification de son enveloppe budgétaire à la fin de 2016.

Au total, c’est un montant de 1,5 million de dollars que recevra l’ACJ+ dans le cadre de la Stratégie des partenariats de lutte contre l’itinérance pour la période 2014-2019. Les fonds permettent non seulement à l’ACJ+ d’offrir de meilleurs services aux itinérants, mais lui donnent l’opportunité de restructurer ses opérations en les regroupant, pour le mois de juin prochain, dans deux bâtiments – dont l’un dédié à sa clientèle itinérante – situés côte à côte sur la rue Féré.

Une aide «très appréciée»

«C’est une aide très appréciée car nous avions eu à prendre, au mois d’avril 2016, une décision qui nous a fait mal au cœur. Ce sont malheureusement les itinérants qui ont écopé, mais, heureusement, si l’on peut dire, les services ont été diminués à une période plus clémente durant quelques mois», a commenté Ronald Bélisle.

De son côté, Marie-Claude Renaud a aussi remercié la députée Linda Lapointe pour avoir travaillé à ce que l’ACJ+ puisse obtenir une aide bonifiée. «Cela n’a pas été une période facile pour les personnes que nous accueillons. Nous ne pouvons que vous dire un gros merci en leur nom», a-t-elle mentionné.

Quant à la députée de Rivière-des-Mille-Îles, celle-ci s’est dite satisfaite de voir que ses efforts aient été récompensés. «Après mon élection, le premier endroit que j’ai visité, c’est votre maison d’accueil. On aimerait qu’il n’y ait pas d’itinérants, mais la réalité est autre. Grâce à votre travail, ces gens peuvent retrouver l’estime de soi, et cela me tient à cœur», de souligner Mme Lapointe.

Les services offerts aux itinérants

Précisons que la maison d’accueil Le Répit de la rue offre deux services aux itinérants âgés de 18 ans et plus. Outre de l’hébergement ponctuel, de 17 h 30 à 9 h le lendemain matin, la clientèle itinérante peut aussi, le jour, à partir de 9 h 30, avoir accès à un déjeuner et, de midi à 13 h, à un dîner gratuit. Elle peut aussi profiter de douches et d’une salle de lavage.

Aussi, l’équipe d’intervenants propose un soutien résidentiel avec accompagnement à des itinérants chroniques et épisodiques. Ceux-ci ont ainsi de l’aide pour se trouver un logement et le maintenir. Actuellement, 34 personnes bénéficient de ce soutien, dont 18 qui sont en logement.

Pour en savoir davantage sur les ressources offertes par l’ACJ+: [www.acjbl.org].

- PUBLICITÉ -

La dernière édition

- PUBLICITÉ -
Top