- PUBLICITÉ -
Ismaël Boisvert: l’appel de la politique

Ismaël Boisvert

Ismaël Boisvert: l’appel de la politique

Il a 25 ans et vit présentement sa deuxième campagne électorale. Candidat du Parti libéral du Québec (PLQ) dans Mirabel en 2012 et de nouveau cette année, en 2014, Ismaël Boisvert, un agent de voyages de métier, se définit d’ailleurs par la politique.


«Dès que j’ai eu 16 ans, je suis devenu membre du Parti libéral. Plus jeune, je regardais les cérémonies d’assermentation des députés à la télévision et je me disais qu’un jour, ça sera moi», souligne‑t‑il. Rencontre avec un jeune homme qui respire la politique.

En 2012, sa première campagne lui a valu presque 6 000 votes, soit 13 % du scrutin. «Ma première campagne n’a pas été facile. Dans le coin d’Oka, par exemple, toutes mes pancartes avaient été arrachées ou vandalisées», évoque‑t‑il. Des gens refusaient même de serrer la main au jeune candidat libéral.

Dix-huit mois plus tard, les choses sont différentes. D’abord, parce que ses pancartes, qu’il prend plaisir à installer lui-même, sont toujours bien en place, ensuite parce qu’il sent une meilleure écoute de la part des gens rencontrés. «On ne parle pas de vague. Mais il y a définitivement un mouvement de fond», avance‑t‑il.

D’avis qu’une campagne électorale est un éternel recommencement, c’est encore plus vrai pour le PLQ dans Mirabel qui doit aller chercher ses membres un par un. «J’étais un fan de Jean Charest, je suis maintenant un fan de Philippe Couillard. C’est quelqu’un d’extrêmement humain. En ce moment, je sens qu’on bâtit quelque chose», assure‑t‑il.

Dernier droit

Avec une dernière semaine de campagne avant le scrutin, M. Boisvert indique qu’il poursuivra ses activités de porte-à-porte et souhaite aussi rencontrer le maire de Mirabel pour discuter avec lui des enjeux de la région. Malgré qu’aucun rendez-vous n’ait encore été confirmé, M. Boisvert garde bon espoir de pouvoir concrétiser la chose au cours des prochains jours, dit‑il.

Du reste, fort des quelque 6 000 voies obtenues en 2012, la plus belle marque de confiance, selon lui, M. Boisvert espère faire un peu plus cette fois‑ci. «N’importe quoi de plus, je serai très heureux», termine‑t‑il.

Rappelons que les élections de 2012 dans Mirabel ont été remportées par la candidate péquiste Denise Beaudoin, qui avait récolté près de 44 % du scrutin, suivie par la Coalition Avenir Québec et sa candidate Sylvie D’Amours (36,35 %). Depuis sa création, en 2003, la circonscription de Mirabel a été péquiste (2003 à 2007), adéquiste (2007-2008), puis de nouveau péquiste (2008-2012 et 2012 à aujourd’hui). Elle n’a jamais été libérale.

Mentionnons, par ailleurs, un grand rassemblement militant est prévu dans la région des Basses-Laurentides, qui réunira les quatre candidats libéraux de Groulx, Blainville, Deux-Montagnes et Mirabel. L’évènement se déroulera ce mercredi 2 avril, à compter de 19 h, à la Rôtisserie St‑Hubert de Saint‑Eustache.

- PUBLICITÉ -

La dernière édition

- PUBLICITÉ -
Top