- PUBLICITÉ -
Recours collectif envisagé, retour à la maison et situation toujours sous surveillance

Photo Benoît Bilodeau

Le premier ministre du Québec, François Legault, en point de presse à l’Olympia de Deux-Montagnes, où il a tenu à rencontrer quelques sinistrés.

Photo Benoît Bilodeau -

Une voiture bien isolée, dimanche dernier, dans le stationnement de la bibliothèque municipale, à Sainte-Marthe-sur-le-Lac.

Photo Benoît Bilodeau -

Des travaux d’importance ont débuté dès maintenant pour aménager deux digues temporaires pour isoler le secteur très sévèrement touché, entre la 22e

Photo Benoît Bilodeau -

Comme on peut le voir, plusieurs sinistrés, devant l’urgence de la situation, n’ont pas été en mesure de déplacer leurs automobiles.

Inondations: Recours collectif envisagé, retour à la maison et situation toujours sous surveillance

Inondations dans la région

Tous les regards demeurent toujours tournés vers Sainte-Marthe-sur-le-Lac où des centaines des 6 000 personnes qui ont dû être évacuées d’urgence ont commencé, hier (mardi), à réintégrer leur résidence pour y constater l'ampleur des dégâts et où, en outre, un groupe de sinistrés songe maintenant à intenter un recours collectif contre la Ville pour «négligence».

Selon des informations publiées notamment par le Journal de Montréal, la Ville de Sainte-Marthe-sur-le-Lac était au courant depuis 18 mois, soit depuis novembre 2017, de la fragilité de la portion de la digue du parc de la Frayère, qui a cédé samedi, en début de soirée.

Un rapport d’une firme d’experts avait effectivement confirmé à ce moment ce fait, mais ce n’est qu’au mois de janvier dernier que le conseil municipal marthelacquois, qui souhaitait semble-t-il que les travaux soient subventionnés en partie, a adopté à l’unanimité, comme l’a vérifié votre hebdo L’ÉVEIL, une résolution afin d’autoriser l’ingénieur Carl Gabrion à «solliciter auprès du ministère du Développement durable, de l’Environnement et de la Lutte contre les changements climatiques (MDDELCC) un certificat d’autorisation pour la réalisation de la réfection de la digue» .

Aussi, selon un rapport d’analyse en environnement déposé au mois de juillet 2009, et qu’a consulté votre hebdo L’ÉVEIL, le Ministère écrivait qu’une «inspection de cette digue effectuée après la crue printanière de 2009 par l’initiateur du projet, la Ville de Sainte-Marthe-sur-le-Lac, a permis de constater qu’une section importante de celle-ci montrait des dommages majeurs mettant en danger son intégrité. L’action des vagues lors de cette crue pourrait en être la principale cause. Lors de la prochaine crue printanière, l’initiateur appréhende une rupture de cet ouvrage, ce qui pourrait entraîner la pénétration d’eau et de glaces dans un important quartier résidentiel de cette ville. Plusieurs dizaines de résidences seraient alors susceptibles d’être touchées par cette inondation

Visitez lamoisson.com
- Publicité -

Levée partielle de l’ordre d’évacuation

En attendant de savoir si ce recours collectif envisagé sera autorisé ou non, c’était le retour à la maison pour des centaines de famille puisque la mairesse Sonia Paulus et les autorités impliquées dans l’état d’urgence ont annoncé, lundi, en fin d’après-midi, la levée de l’ordre d’évacuation de certains secteurs de la ville.

Cette levée, en vigueur depuis hier, mardi, 16 h 30, vise les résidences situées à l’est de la rue de la Mairie, au sud du chemin d’Oka; à l’ouest de la 30e Avenue, au sud de la rue Louise; ainsi que dans le quadrilatère formé entre la 32e Avenue et la 45e Avenue, et entre la rue Louise et la rue Provost. Les résidants de ces secteurs devront présenter une pièce d’identité et recevoir l’autorisation du Service de sécurité incendie afin de réintégrer leur domicile.

En ce qui concerne la zone située entre la 22e Avenue et la 29e Avenue, au sud de la rue Louise, l’ordre d’évacuation est maintenu afin d’assurer la sécurité des citoyens. Des digues temporaires étaient toujours en cours d’aménagement e secteur très sévèrement touché pour l’isoler afin d’être en mesure par après de réparer la portion de la digue qui a cédé, puis pomper l’eau qui s’est infiltrée dans ce périmètre dans le lac des Deux-Montagnes.

Ailleurs dans la MRC de Deux-Montagnes

Si tous les regards étaient tournés vers Sainte-Marthe-sur-le-Lac, les autres villes et municipalités de la MRC de Deux-Montagnes en ont eu plein les bras au cours des derniers jours, bien que la situation semblait être sous contrôle, comme à Deux-Montagnes où la digue temporaire, qui a depuis été renforcée par d’autres blocs de ciments, «tenait toujours le coup» , selon les propos du maire Denis Martin, ajoutant: «Nous étions prêts à faire face à la crue printanière

Selon un bilan provisoire d’Urgence Québec, en date du mardi 30 avril, 148 autres résidences avaient été inondées d’est en ouest, variant en 1 et 78 selon l’endroit, en plus des 2 500 répertoriées à Sainte-Marthe-sur-le-Lac, mais aucune à Deux-Montagnes. Ce même bilan faisait aussi état de 173 autres personnes évacuées.

Les données fournies par certaines municipalités, à L’ÉVEIL, montraient ainsi qu’à Saint-Eustache, en date de lundi, deux maisons avaient été rapportées inondées aux autorités, que 128 unités d’habitation se trouvaient isolées et que 148 personnes avaient été évacuées, principalement dans le secteur la Grande-Côte, au sud du chemin du même nom.

«Pour la suite des choses, nous surveillons évidemment l’évolution de la situation de très, très près. Nous espérons bien sûr que le beau temps perdure et que les prévisions soient revues à la baisse. Cependant, nous demeurons proactifs et prêts à faire face à une crue soudaine. Nous souhaitons également bon courage à nos voisins affectés de Sainte-Marthe-sur-le-Lac, à qui nos équipes sont allées prêter main-forte. Nous continuerons bien sûr de leur apporter toute l’aide dont ils ont besoin dans ces jours difficiles» , a fait savoir, par courriel, le maire Pierre Charron.

À Oka, en date de mardi, 123 maisons avaient été affectées, et pour 66 maisons, l’eau touchait à la fondation, dont 33 dans le secteur de la Pointe-aux-Anglais, et 33 pour le quartier riverain du noyau villageois.

«Le conseil municipal et moi-même souhaitons remercier du fond du cœur tous celles et ceux qui nous aident depuis le début des inondations. Nous offrons également une grande reconnaissance à nos employés municipaux, qui se dévouent avec professionnalisme et sans relâche. Vos actions sont appréciées. Nous avons encore beaucoup de travail devant nous, mais sachez que nous apprécions la collaboration de toutes et tous» , a tenu à commenter le maire Pascal Quevillon, à l’invitation de votre hebdo L’ÉVEIL.

Enfin, à Pointe-Calumet, là où l’on s’est affairé vendredi et samedi derniers, avec l’aide des Forces armées canadiennes, à élever de quatre pieds la digue avec des planches de contreplaqué, aucune personne n’avait été évacuée, bien qu’une trentaine de maisons étaient inondées.

«Aujourd’hui (lundi) se conclut une autre journée de surveillance et de renforcement de nos structures, notamment la digue végétale dans l’est de la Municipalité. Les niveaux actuels, de 24,76 mètres, devraient se maintenir jusqu’à mercredi et cela est très encourageant! Il va sans dire que nous continuerons à déployer l’ensemble des efforts nécessaires afin de protéger notre Municipalité, et que nous continuerons à surveiller attentivement le niveau de la crue» , a écrit la mairesse Sonia Fontaine, sur la page Facebook de la Municipalité.

- PUBLICITÉ -

La dernière édition

Section concours

Concours IGA Lamoureux
- PUBLICITÉ -
Top