- PUBLICITÉ -
Hubert Meilleur a présenté le budget 2012 de Mirabel

Le maire Hubert Meilleur parlant de la vigueur de la Ville dans son discours du budget.

Hubert Meilleur a présenté le budget 2012 de Mirabel

Le Souper du maire

La Chambre de commerce et d’industrie de Mirabel organisait, le 25 janvier dernier, le Souper du maire. Une occasion de parler budget et d’énumérer les bons coups de la Ville. C’est une salle pleine, au Complexe Val-d’Espoir, qui était venue entendre le maire Hubert Meilleur.

«Le budget 2012 en est un qui rencontre les attentes. Mirabel est un endroit où il fait bon vivre, tout autant qu’y travailler et qu’y habiter», a mentionné d’entrée de jeu, Hubert Meilleur.

Mirabel, c’est 44 000 personnes qui vivent sur un territoire de 48 313 hectares. Ayant une richesse foncière uniformisée qui atteint les 4 658 216 259 $, des dépenses de 68 700 000 $ sont annoncées pour 2012.

Cette année, la taxe foncière générale et pour les immeubles agricoles est en hausse de 2,59 % équivalent à 0,595 $ du 100 $. Pour les immeubles commerciaux, l’augmentation est de 2,6 % soit 1,745 $ du 100 $ et pour les immeubles industriels, elle se situe à 2,21 $ du 100 $, soit une hausse de 1,8 %.

Le maire a annoncé qu’un surplus accumulé de 1 million de dollars sera affecté aux revenus de 2012 et que les dépenses en immobilisations payées comptant s’élèvent à 7 146 000 $. «Une de nos forces à Mirabel, c’est de payer comptant nos immobilisations, ce qui empêche d’augmenter la dette de la municipalité», s’est exprimé M. Meilleur.

Le total des dépenses en immobilisation atteindra les 40 646 000 $ pour réaliser une trentaine de projets, dont l’agrandissement du poste de police, du centre culturel Patrick-Lepage, de l’usine d’épuration sur la montée Sainte-Marianne et l’implantation d’une gare.

Le maire a fait mention des travaux réalisés pour les infrastructures comme l’aménagement de 15,1 km de nouvelles conduites d’aqueduc ou la réfection de 14,5 km de rues rurales et urbaines.

Mirabel compte parmi les moins taxés du Québec. Aucune tarification n’est encore exigée pour l’enlèvement, le transport et l’élimination des déchets et des gros rebuts domestiques, le traitement des eaux usées, la collecte sélective et l’arrosage biologique contre les insectes piqueurs, a fièrement énuméré le maire.

L’évènement lui a aussi permis d’expliquer la position de la municipalité concernant le plan métropolitain d’aménagement et de développement (PMAD) écrite dans un mémoire déposé en août 2011 à la Communauté métropolitaine de Montréal (CMM)

Une position qui encourage la CMM à adopter une vision orientée vers l’avenir comme créateur de richesse foncière plutôt que de se positionner de manière défaitiste avec une vision à court terme. Mirabel juge le plan métropolitain du CMM trop centré sur la densification et le transport en commun, plutôt que de jouer son rôle de partenaire et de dynamiser la communauté.

Hubert Meilleur a terminé son allocution en parlant du projet de la gare qui après de longues démarches débutées en 2005, a vu le jour. Une bonne nouvelle, mais qui le rend perplexe puisque la troisième proposition d’aménagement acceptée est le site le moins intéressant et efficace, selon lui. «On dirait qu’au Québec, on n’est pas capable d’avoir de la logique», s’est-il exprimé, ce qui lui a valu une bonne main d’applaudissements. Il espère voir se réaliser la gare pour l’automne 2012.

 

 

- PUBLICITÉ -

La dernière édition

- PUBLICITÉ -
Top