- PUBLICITÉ -
Hausse du compte de taxes de 1

Le maire de Deux-Montagnes

Hausse du compte de taxes de 1,92 % à Deux-Montagnes

Le maire Denis Martin s’attaque à la dette

Le conseil municipal de Deux-Montagnes a entériné, le jeudi 16 janvier dernier, son budget 2014, qualifié de «responsable et respectable» par le nouveau maire Denis Martin, car, a‑t‑il dit, «il tend à contribuer à l’amélioration de la santé financière de la Ville et au remboursement de la dette, en plus de prévoir une hausse du compte de taxes de 1,92 %».

Élu sur une promesse de saine gestion, le maire Martin a d’emblée affiché, avec ce budget, sa volonté de s’attaquer à la dette à long terme. «Sauf imprévu, nous voulons la réduire de 10 M$ en cinq ans (de 41 à 31 M$), à commencer par 3,55 M$ dès cette année. En d’autres termes, nous rembourserons plus que nous dépenserons», a résumé le maire.

Mais réduire la dette de la Ville sans abaisser la qualité des services aux habitants s’est avéré, aux dires de M. Martin, un exercice périlleux. D’autant plus, a‑t‑il ajouté, que le nouveau calcul de remboursement de la TVQ remis aux municipalités entraîne, en 2014, un manque à gagner d’environ 450 000 $.

Le conseil municipal et les employés de la Ville se sont donc attaqués à rationaliser les dépenses. Des réductions de budget ont été opérées dans tous les services, «sans que cela nuise à la réalisation de leur mission», a bien précisé le maire Martin. Ainsi, la Ville a mis fin à certains contrats de sous-traitance (conciergerie et contrôle canin). Elle a supprimé un poste de cadre au Service de l’urbanisme et un poste de régisseur aux loisirs. Au total, les dépenses de fonctionnement de la Ville seront réduites de 500 000 $, soit une diminution de 1,7 % par rapport à 2013.

Au final, le budget prévoit donc une hausse du compte de taxes de 1,92 %. «Grâce à nos économies, cette hausse reste en dessous de la barre des 2 %, soit la plus faible de toute la MRC de Deux-Montagnes», a commenté, satisfait, le maire. Une satisfaction que ne partage pas Robert Montplaisir qui, une nouvelle fois, s’est opposé à une décision de l’équipe avec qui il a été élu. «J’ai voté contre, car je souhaitais qu’on arrive à un gel des taxes. Les Deux-Montagnais ont déjà eu à subir une forte hausse ces dernières années», a justifié le conseiller municipal du district du Golf.

Comme le coût de la vie n’a augmenté parallèlement que de 1 %, cette hausse des taxes se veut supérieure aux promesses des élus de l’Équipe Joannette qui ont tous deux voté pour ce budget. Ainsi, Frédéric Berthiaume, de l’Équipe Joannette, se l’est fait rappeler par une citoyenne. Denis Martin a rappelé qu’il n’avait, lui, fait aucune promesse en ce sens, car elle aurait été irresponsable.

Si les citoyens présents jeudi ont globalement félicité les élus pour leurs efforts, ce budget a cependant soulevé des interrogations qui n’ont pas manqué de venir sur le tapis lors de la période de questions. Aucune dépense en infrastructure routière en 2014 n’est ainsi prévue. «Est‑ce raisonnable, alors que l’asphalte de Deux-Montagnes montre des signes de faiblesse sur certaines zones? Investit‑on assez pour la création de richesses?» a‑t‑on demandé.

L’équipe de M. Martin dit avoir assumé avec convictions ses choix et ses priorités. Elle a aussi rappelé que cette gestion prudente et rigoureuse prend en compte d’éventuelles «surprises» budgétaires concernant la régie de police ou la nouvelle répartition des quotes-parts de l’Agence métropolitaine de transport (AMT).

- PUBLICITÉ -

La dernière édition

- PUBLICITÉ -
Top