- PUBLICITÉ -
Festivités Saint-Eustache 2012: une clôture des plus patriotiques

La foule s’est mise en marche au son du tambour, en direction de l’église Saint-Eustache.

Festivités Saint-Eustache 2012: une clôture des plus patriotiques

Les Festivités Saint-Eustache 2012 se sont terminées le 14 décembre dernier lors d’une cérémonie comprenant une marche aux flambeaux, le dévoilement d’une plaque commémorative au cimetière des Patriotes et la déclaration de Saint-Eustache comme capitale nationale des Patriotes.

C’est au pied du manoir Globensky et au son du tambour que la foule, armée de chandelles, a amorcé sa marche jusqu’à l’église Saint-Eustache.

Des personnages d’époque se promenaient entre les marcheurs en souvenir de la bataille historique vieille de 175 ans que les Patriotes ont livrée. Plusieurs drapeaux flottaient dans les airs.

Puis, les marcheurs se sont arrêtés tout à côté de l’église. La foule assemblée a alors bravé le froid et le vent afin d’écouter les discours qui ont mené au dévoilement de la plaque commémorative du cimetière des Patriotes.

On peut y lire: «Ici reposent les corps de douze des 70 Patriotes qui ont sacrifié leur vie pour leur patrie le 14 décembre 1837.» Leurs noms ainsi que leur âge y sont inscrits.

Marcel Paquin, ancien président de la section Jean-Olivier-Chénier de la Société Saint-Jean-Baptiste de Montréal, a parlé de ceux qui ont fait la promotion des Patriotes et du retour de Jean-Olivier Chénier au cimetière. Il a ajouté à la fin: «Les Patriotes se sont battus contre l’injustice et la corruption avec le pouvoir qui se disait divin. Ils étaient convaincus. La liberté, ça dépend de notre façon d’agir.»

Une minute de silence a été observée, avant que les gens ne soient invités à entrer dans l’église Saint-Eustache pour la suite de la soirée. Le Chœur des Îles a présenté des extraits de son spectacle 1837: Une histoire de liberté.

Par la suite, le porte-parole des Festivités Saint-Eustache 2012, Gilles Proulx, a pris la parole. «Tous devraient ouvrir l’oreille à notre passé», a-t-il dit avant de parler des actions des Patriotes et de leur histoire. Une histoire qui, selon lui, devrait se retrouver dans les écoles.

Plusieurs autres invités ont pris la parole, tels que Ernest Labelle, président du comité organisateur des Festivités, et Pierre Charron, maire de Saint-Eustache. Ce dernier a d’ailleurs annoncé qu’une Place des Patriotes sera définie sur le territoire. «C’est une bonne façon de se rappeler notre histoire. Notre devoir est un devoir de mémoire», a-t-il souligné.

Le président de la section Jean-Olivier-Chénier, Benoit Coulombe, a également remis le prix du Patriote régional de l’année à Benoit Roy. Initié très tôt à l’engagement patriotique, ce dernier a, entre autres, participé à une activité de financement pour faire ériger une statue de Louis-Joseph Papineau.

C’est Gilles Rhéaume qui est ensuite venu déclarer Saint-Eustache comme étant capitale nationale des Patriotes avec un discours des plus enlevants, où la fibre patriotique était palpable. «Oui, Saint-Eustache capitale nationale des Patriotes, capitale glorieuse et triomphante pour que nous puissions bâtir ce pays. Le docteur Chénier est mort ici même dans ces lieux afin que les choses changent.»

Deux autres ensembles vocaux, soit le Chœur du Vieux-Chêne et l’Ensemble choral Saint-Eustache, avec une chanson écrite par René Lévesque Lewis, Hommage à ma ville: Saint-Eustache, ont complété la partie musicale de cette soirée commémorative.

- PUBLICITÉ -

La dernière édition

- PUBLICITÉ -
Top