- PUBLICITÉ -
Êtes-vous le maître de votre chien?

(Photo Jean-Pierre Laferrière) - Le maire de Deux-Montagnes, Marc Lauzon, et le conseiller municipal du district du Lac, Mario Saint-Charles, posent ici en compagnie d’Anne Baudouin, de l'Association des propriétaires de chiens de Deux-Montagnes, à l’occasion de l’ouverture officielle d’un premier parc canin à Deux-Montagnes.

Êtes-vous le maître de votre chien?

Conférence de l’Association des propriétaires de chiens de Deux-Montagnes

Votre chien a des problèmes de comportement? Savez-vous que la source de ce problème est probablement son maître? Eh oui, un propriétaire de chien devrait surtout être son maître. L’Association des propriétaires de chiens de Deux-Montagnes a donc présenté une conférence par un maître-chien à l’édifice de la bibliothèque municipale de Deux-Montagnes, le 6 juin dernier.

Le conférencier, Patick Pacheco, a prodigué conseils et trucs sur le comportement canin, appuyés par des démonstrations. Spécialisé en troubles de comportement, M. Pacheco a soutenu, à plusieurs reprises, à la trentaine de personnes présentes, surtout des femmes, qu’à peu près tous les comportements indésirables chez un chien sont de moins en moins fréquents et intenses lorsqu’on lui fait sentir que nous sommes en contrôle de la relation et donc, des situations.

Pour amorcer ce contrôle, il faut commencer par lui faire respecter les commandements de base comme assis, couche, viens, reste, au pied. Pour indiquer un interdit, un simple non ferme suffit.

Celui qui est évaluateur de comportements à la Société pour la prévention de la cruauté envers les animaux cite en exemple un chien qui s’excite et jappe lorsque l’on sonne à la porte. Si le propriétaire lui lance plusieurs commandements à la fois sans les faire respecter, cela contribue à augmenter son émotivité. Mais, s’il appelle son chien par son nom, qu’il vient parce qu’il est bien éduqué, il ne jappera pas parce qu’il ne peut pas obtempérer à un commandement et japper en même temps, fait-il remarquer.
«Pour contrer un problème de comportement, il faut donner un commandement, indique-t-il. Ignorer le comportement n’a pas d’effet rapidement.»

L’utilisation de la laisse est essentielle au début de l’entraînement. Il facilite le contrôle physique du chien. C’est préférable que les mains parce qu’à long terme, le chien peut venir à avoir peur des mains et tous les humains en ont. «C’est important d’avoir un maître pour un chien dans un monde humain», affirme le conférencier.

Patick Pacheco suggère d’utiliser la laisse jusqu’à ce que l’animal réponde aux commandements. Lorsqu’il ne coopère pas, une petite secousse avec la laisse suffit pour le corriger. Le maître doit rester debout, droit et rester calme pour établir sa dominance sur son chien.

Un parc canin à Deux-Montagnes

Cette conférence a été suivie de l’ouverture du parc canin, qui est situé au parc Central de Deux-Montagnes. Par la création d’un parc canin et la tenue d’évènements, l’Association veut favoriser le civisme et sensibiliser les propriétaires de chiens à la cohabitation sécuritaire.

La règle de civisme numéro 1 de tout parc canin consiste à ramasser les déjections de son chien dès qu’elles sont déposées. «Il est primordial de le faire pour que le parc reste un endroit agréable et hygiénique à fréquenter, mais cette règle s’applique autant à l’extérieur du parc qu’à l’intérieur», souligne Catherine Doe, vice-présidente à l’Association.
À cet endroit, il est interdit de fumer, de boire des boissons alcoolisées, d’apporter de la nourriture tant pour soi que pour son chien, d’apporter poussettes, vélos, planches à roulettes et jouets d’enfant. Le parc sera fermé en hiver.

- PUBLICITÉ -

La dernière édition

- PUBLICITÉ -
Top