- PUBLICITÉ -
Et que ça saute! pour un Marthelacquois

Benoit Lévesque, un nouveau résidant de Sainte-Marthe-sur-le-Lac, l’un des 12 participants à l’émission de téléréalité Et que ça saute!

Et que ça saute! pour un Marthelacquois

Benoit Lévesque toujours sur les rangs

Nouvel arrivant à Sainte-Marthe-sur-le-Lac, Benoit Lévesque n’est sans doute pas très connu dans son nouveau patelin. Mais il risque fort bien de le devenir, lui qui est l’un des aspirants à l’émission Et que ça saute! présentée cet automne au canal V. S’il l’emporte, il pourrait fort bien rafler le grand prix d’une valeur de 100 000 $.

Encore cette année, ce sont 12 cuisiniers amateurs qui se livrent la lutte dans le cadre de cette émission de téléréalité animée par Mahée Paiement. Ils doivent surtout, chaque semaine, essuyer les commentaires parfois durs des chefs professionnels Giovanni Apollo et Martin Juneau.

Pour le Marthelacquois Benoit Lévesque, un passionné de cuisine depuis qu’il a 13 ans, alors qu’il aidait sa mère à préparer des sandwichs et à couper les légumes, l’aventure de l’émission Et que ça saute! a débuté au printemps dernier. «J’ai écouté l’émission l’an dernier, et j’avais bien aimé. J’ai pensé à m’inscrire cette année, puis j’ai laissé tomber. Ma fille Daphnée, qui a 17 ans et qui sait comment j’aime cuisiner, a insisté. Un samedi matin, je me suis levé et je suis allé m’inscrire à Montréal», raconte cet ancien descripteur de matchs de hockey des Canadiens de Montréal au défunt réseau TQS.

Retenu parmi les 700 candidats inscrits dans un premier temps, il a passé une première entrevue téléphonique, puis une deuxième, cette fois en direct, alors que quelque 300 personnes étaient toujours dans la course. Une troisième entrevue, «assez serrée», a permis de finaliser la liste des 24 cuisiniers qui allaient prendre part à la toute première émission, au cours de laquelle 12 candidats ont été éliminés d’un coup par les deux juges.

Depuis, l’émission Et que ça saute! en est rendue à son troisième épisode et deux candidats ont déjà été éliminés, alors qu’un troisième a décidé de quitter de lui-même. Le quatrième épisode sera diffusé ce lundi 1er octobre, et Benoit Lévesque est toujours en vie, même s’il a failli être écarté lundi dernier. «Les chefs n’avaient déjà pas aimé la texture de ma lasagne et ma polenta que j’avais faites, à mon avis, de façon originale. C’est mon assiette d’antipasti qui m’a sauvé», raconte-t-il, avouant que c’est une épreuve assez longue à vivre que d’attendre de la sorte le verdict des juges. «Cela dure environ une quinzaine de minutes, car il faut changer les caméras de place pour prendre de nouveaux plans. On a l’impression que ces 15 minutes durent une heure et demie», reconnaît le cuisinier.

Ce qu’il faut savoir, c’est que Benoit Lévesque connaît l’issue de cette compétition, puisque les 11 épisodes de l’émission ont tous été enregistrés au cours de l’été, en un mois, à raison de trois journées de tournage par semaine. «C’est assez éprouvant. On commence très tôt, vers 7 h le matin et on termine parfois à 22 h-23 h. C’est très demandant physiquement et mentalement. En plus, on ne cuisine pas dans notre environnement», mentionne le Marthelacquois.

Aussi, Benoit Lévesque avoue que c’est quelque chose que de se «faire démolir» lorsque vient le temps pour les juges de goûter et de commenter les plats préparés: «C’est dur pour la confiance. Ça ébranle. Moi, j’ai décidé de prendre ces critiques et d’en faire du positif. Et de tenter de faire mieux par après.»

De cette expérience, Benoit Lévesque en retient donc du positif, lui qui avait, pour des raisons personnelles, mis de côté la cuisine depuis un an et demi. «Je me suis remis à cuisiner, j’ai renoué avec cette passion que j’avais depuis presque toujours. J’invente des recettes. Et j’ai trouvé avec les autres participants une nouvelle famille», dit-il, satisfait au bout du compte d’avoir osé cette aventure. «Oui, il faut être un peu fou!» conclut-il.

Pour suivre Benoit Lévesque, qui se retrouvera ce lundi à la ferme afin de préparer des plats champêtres, il suffit de regarder l’émission Et que ça saute! le lundi soir, à 21 h, au canal V. L’émission est aussi disponible en rediffusion au [vtele.ca/emissions/et-que-ca-saute/].

- PUBLICITÉ -

La dernière édition

- PUBLICITÉ -
Top