- PUBLICITÉ -

Diagnostiquée d’une tumeur cérébrale à l’âge de 9 mois, Marie-Soleil Quesnel, de Mirabel, participe aux 24 heures de Tremblant depuis 10 ans.

En rémission d’un cancer, Marie-Soleil participera aux 24 heures de Tremblant

Survivante du cancer, la Mirabelloise Marie-Soleil Quesnel a participé, en fin de semaine dernière, aux 24 heures de Tremblant depuis 10 ans. En dépit de la pandémie, l’événement a, en effet, tout de même eu lieu cette année et il n’était pas question pour la jeune femme aujourd’hui âgée de 26 ans de le rater.

Diagnostiquée d’une tumeur cérébrale à l’âge de neuf mois, Marie-Soleil s’est battue toute sa vie. Aujourd’hui guérie, malgré des séquelles importantes laissées par les traitements de chimiothérapie et de radiothérapie qu’elle a subis durant son enfance, elle est bien placée pour parler de l’importance de donner à la Fondation Charles-Bruneau, bénéficiaire des 24 heures de Tremblant.

«Quand j’ai fait mon premier 24 heures, dit-elle, je me cherchais un peu. Je ne savais plus trop ce que j’aimais faire et ce que je n’aimais pas faire. La Fondation m’a embarquée dans plusieurs événements dans lesquels je suis toujours impliquée aujourd’hui. C’est ce qui m’a permis de me retrouver, de continuer à avancer, en me donnant un 2e souffle!»

L’importance de donner

Il y a de cela 10 ans, lorsque Marie-Soleil a choisi de prendre part aux 24 heures de Tremblant pour la première fois, elle était encore suivie en oncologie à l’hôpital Sainte-Justine et attendait de voir son médecin. Assise dans la salle de jeu, elle a vu une affiche annonçant qu’on cherchait un participant pour joindre l’équipe de l’hôpital Sainte-Justine qui s’apprêtait à participer à l’événement.

«L’équipe s’appelle Les Soleils de Charles-Bruneau. Tous les membres, médecins, infirmières, ergothérapeutes, physiothérapeutes, travaillent en oncologie au centre de cancérologie Charles-Bruneau. La première infirmière qui a pris soin de moi à l’âge de 9 mois fait parie de mon équipe!», de dire Marie-Soleil qui a aujourd’hui la chance d’être guérie, ou presque, puisque comme elle le dit elle-même, la tumeur est encore présente, mais a cessé de progresser.

«La bataille est encore présente, affirme-t-elle. Un peu moins pour la vie, mais pour le quotidien qui est un peu plus difficile. J’ai un bras paralysé et beaucoup de faiblesse au niveau d’une jambe. Au niveau des yeux, j’ai aussi des problèmes.»

Aussi banal que cela puisse paraître, si elle est debout, on ne peut fermer la lumière, car son équilibre est atteint et elle pourrait tomber. Marie-Soleil ne sent par ailleurs plus le dessous de ses pieds.

Cette année, en raison de la pandémie, les 24 heures se feront à distance. Son équipe ont marché 240 kilomètres en fin de semaine autour de l’hôpital Sainte-Justine, en 240 heures et en échange de dons. L’objectif qu’elle s’est fixé est d’amasser 10 000 $.

«C’est incroyable la différence que font ces dons pour les enfants malades!», de conclure Marie-Soleil qui invite la population à visiter le [participant.24htremblant.com] et d’y taper son nom pour donner car il est encore temps de le faire.

|

cancer

Mirabel

- PUBLICITÉ -

La dernière édition

- PUBLICITÉ -
Top