- PUBLICITÉ -

L’Eustachoise Anne-Marie Schmuck, à gauche, a donné un rein à son amie Ann-Marie Toth, le 12 août, à Montréal.

Les deux meilleures amies du monde!

Anne-Marie Schmuck ne pensait pas pouvoir donner un rein à 51 ans.

Elle donne un rein à sa meilleure amie

Elle donne un rein à sa meilleure amie

Ann Marie Toth et Anne-Marie Schmuck, de Saint-Eustache, sont amies depuis près de 50 ans. Le 12 août, à l’hôpital Victoria de Montréal, leur amitié a été scellée à tout jamais lorsque Mme Shmuck a donné l’un de ses reins à Mme Toth.

Reconnaissante pour le geste posé par son amie, Mme Toth souhaitait remercier publiquement celle qui œuvre comme éducatrice dans une école de quartier eustachoise auprès d’enfants en difficulté d’apprentissage.

«Vous la connaissez déjà comme étant une mère fantastique, une épouse charmante et dévouée, et une femme attentive et compatissante. Moi, je la connais comme l’ange gardien qui m’a sauvé la vie!» d’indiquer Ann-Marie Toth, qui demeurera à jamais reconnaissante face à cette compassion démontrée à son égard, par son amie d’enfance. Elle avait d’ailleurs un message à lui adresser.

«Anne-Marie, je te promets de protéger et de chérir ce rein de tout mon possible, au même titre que je protège et chéris ma propre vie. Je te promets que je n’oublierai jamais ce geste altruiste et que tu seras pour toujours dans mes pensées et mes prières» .

Aucune hésitation

Ann-Marie Toth est au début de la soixantaine. Elle attendait un nouveau rein depuis longtemps, mais ne trouvait pas de donneurs compatibles.

«À un moment donné, raconte Anne-Marie Schmuck, j’ai dit: pourquoi est-ce que je ne le ferais pas moi? Mais à 51 ans, je pensais que j’étais trop âgée.»

Finalement, les tests réalisés ont révélé qu’elle était en tout point compatible et qu’il était possible de procéder à la transplantation sans danger.

Le lendemain de l’opération, déjà les messages de gratitude s’accumulaient.

«Plusieurs membres de la famille d’Ann-Marie m’ont écrit un petit message pour me remercier de mon geste. C’est à ce moment-là que j’ai réalisé l’ampleur de ce que j’avais fait. Je n’avais pas seulement aidé une personne, mais toute une famille!»

Il y a de ces amitiés qui restent. Gageons que celle-là est faite pour perdurer encore de nombreuses années.

«Anne-Marie est vraiment un être humain spécial, sincère, et unique, a conclu la receveuse, et je voudrais que le monde le sache. Je voudrais aussi remercier ses enfants, Alexandre et Isabelle, de même que son mari, Yvan Marceau, pour tout leur support durant cette période émotive pour nous tous. Votre générosité ne sera jamais oubliée. Merci infiniment!»

Selon les plus récentes statistiques publiées par Transplant Québec (elles datent de 2017), 30 personnes ont reçu un organe d’un donneur, cette année-là, dans les Laurentides. Sur les quelque 600 transplantations réalisées partout au Québec en 2017, pas moins de 293 impliquaient par ailleurs un rein.

- PUBLICITÉ -

Nos chroniques

La dernière édition

- PUBLICITÉ -
Top