- PUBLICITÉ -
Élections provinciales: Une impression de déjà vu

Les électeurs devront voter à nouveau le lundi 7 avril prochain. 

Élections provinciales: Une impression de déjà vu

Seize mois après avoir été aux urnes, les électeurs des circonscriptions électorales de Deux-Montagnes, Fabre et Mirabel auront à nouveau à se retrouver derrière l’isoloir à la suite du déclenchement, mercredi dernier, des élections par la première ministre Pauline Marois. C’est donc le lundi 7 avril, après 33 jours de campagne, que les électeurs auront l’occasion d’exercer à nouveau leur droit de vote

Et ceux‑ci auront une impression de déjà vu puisque plusieurs des candidats déjà confirmés étaient de la campagne qui a mené au scrutin du 4 septembre 2012. Ainsi, les députés sortants de Deux-Montagnes, Fabre et Mirabel tenteront tous de se faire réélire, soit le péquiste Daniel Goyer, le libéral Gilles Ouimet et la péquiste Denise Beaudoin.

Dans Deux-Montagnes

Dans des communiqués de presse émis le jour même du déclenchement des élections, les députés Goyer et Beaudoin ont confirmé sans surprise qu’ils brigueront de nouveau les suffrages sous la bannière du Parti québécois (PQ) dans leur circonscription respective lors de la présente élection générale

«Il y a 18 mois, les électeurs de Deux-Montagnes m’ont accordé leur confiance en votant pour moi. Je peux leur dire, droit dans les yeux, que j’ai toujours agi dans leur intérêt premier, fier de les représenter toutes et tous, dignement et efficacement. J’ai fait avancer de nombreux dossiers. Outre ma détermination, j’ai aussi pu compter sur le fait que j’appartenais à un gouvernement au pouvoir, bien que minoritaire», a indiqué M. Goyer qui avait obtenu une majorité de 1 321 voix (38,80 %) lors de la dernière élection et ainsi obtenir un premier mandat.

Il fera de nouveau face au caquiste et ancien péquiste Benoit Charette, deuxième lors du dernier scrutin. Ce dernier, lui, y est allé, par voie de communiqué de presse, de premières attaques en reprochant au PQ d’alimenter, selon son expression, le cynisme de la population avec ce déclenchement hâtif. «Pourtant, avec la pleine collaboration de la Coalition Avenir Québec (CAQ), l’Assemblée nationale a adopté en 2013 une loi sur les élections à date fixe. Aujourd’hui, le PQ renie encore une fois sa parole», a déclaré l’ancien député de Deux-Montagnes, chiffrant cette élection à 100 M$.

Le Parti libéral du Québec (PLQ), qui avait terminé troisième avec 17,99 % des votes exprimés, sera cette fois représenté par Luc Leclerc, un Eustachois et avocat senior œuvrant principalement dans les domaines du droit commercial et du droit civil. Sur le site Web du PLQ, il est mentionné que M. Leclerc «veut maintenant devenir l’avocat des citoyens de la circonscription de Deux-Montagnes et l’avocat des Québécois, à l’Assemblée nationale».

Toujours dans Deux-Montagnes, Québec solidaire (QS) sera à nouveau sur les rangs avec Duncan Hart, choisi candidat depuis le mois d’août dernier. Il tentera d’améliorer le résultat enregistré par le candidat solidaire au dernier scrutin, Normand Godon, qui avait obtenu 4,09 % des votes, soit près du double du scrutin de 2008.

Dans Mirabel

Également, dans la circonscription de Mirabel, les mêmes quatre principaux protagonistes se feront de nouveau la lutte. La députée sortante Denise Beaudoin, élue avec 3 300 voix de majorité et 43,77 % des votes, fera ainsi face à la caquiste Sylvie D’Amours (36,35 %), au libéral Ismaël Boisvert (13,07 %) et à la solidaire Mylène Jaccoud (3,79 %).

Dans son communiqué confirmant sa candidature, Mme Beaudoin a indiqué qu’il «y a des dossiers importants que je veux mener à terme. Qu’ils soient d’ordre de santé, d’économie, de famille, d’agriculture, d’activités communautaires, d’éducation ou autres, ils exigeront la pleine disponibilité de la députée que je suis, et qui sait compter sur un bon bagage d’expérience et de présence aux gens».

Dans Fabre

Enfin, dans Fabre, le libéral Gilles Ouimet tentera de se faire réélire, lui qui avait succédé avec succès à l’ex‑ministre Michelle Courchesne. Il avait alors obtenu 13 305 voix, soit 3 381 de plus que son plus proche adversaire, le péquiste François-Gycelain Rocque qui sera, lui, de nouveau sur les rangs.

La CAQ et Québec solidaire n’avaient pas encore désigné de candidats au moment de mettre sous presse.

Pour plus de détails, consultez notre section Actualités provinciales

 

- PUBLICITÉ -

La dernière édition

- PUBLICITÉ -
Top