- PUBLICITÉ -

La construction de serres à la surface du site des anciens résidus de la St. Lawrence Columbium est également prévue. Ces serres seront climatisées et chauffées par géothermie, diminuant de 30 % leurs coûts d’opération. Les conteneurs bleus sont destinés à traiter l’eau de mine pour la rendre potable.

Sur cette carte, on voit la façon dont les dividendes seraient distribués. Les résidents de la zone G1 recevraient 40 000 $ par année, les G2, 20 000 $ par année, les G3, 13 000 $ par année. La ligne verte représente le nouveau système d’aqueduc qu’Éco-Niobium a l’intention de construire.

Éco-Niobium revient à la charge: la mine pourrait rouvrir dès 2019

Le mercredi 1er mars, dans la salle de conférence de l’entreprise agricole Les Jardins Végibec, rang Sainte-Sophie, à Oka, les représentants de Ressources Éco-Niobium ont rencontré quelques agriculteurs de la région, une douzaine de familles en fait, pour leur exposer leur projet de rouvrir la mine autrefois exploitée par la St. Lawrence Columbium. Une dizaine d’entre eux ont déjà signé pour donner leur aval au projet.

L’année dernière, à la même période, ce sont ces mêmes agriculteurs qui faisaient pourtant le pied de grue devant l’église d’Oka, où se tenait une rencontre d’information portant sur la possible réouverture de la mine, pour signifier leur mécontentement. Un an plus tard, Michel Gaucher, l’un des actionnaires principaux d’Éco-Niobium, dit avoir fait ses devoirs, avoir écouté les Okois, et revient donc avec une nouvelle proposition.

Il leur promet, entre autres, la protection totale du caractère agricole et le maintien de l’attrait touristique d’Oka. Il assure en outre que toutes les activités, propres aux opérations quotidiennes de la mine, se feront sous terre, camouflant ainsi le bruit de la machinerie, les nuages de poussière de même que les vibrations trop prononcées.

Le sol qui contient de l’uranium sera par ailleurs décontaminé, l’eau filtrée, le ruisseau Rousse purifié et les résidus retirés du champ visuel. Mais surtout, et c’est là que les Okois seront peut-être faciles à convaincre, Éco-Niobium offre à tous les résidents d’Oka, qu’ils soient agriculteurs ou non, des millions de dollars par année en dividendes.

«Je comprends que la St. Lawrence Columbium, qui s’est éteinte en 1975 et qui dort depuis ce temps-là, ait laissé des cicatrices. Le souvenir est mauvais, très très mauvais!»

Création d’une fiducie

Ces millions de dollars, Éco-Niobium les a d’abord offerts à la Municipalité d’Oka qui, en avril dernier, a préféré se retirer du projet, craignant, entre autres, de perdre une subvention du ministère des Ressources naturelles, s’élevant à près de 1,4 million de dollars et destinée à décontaminer le sol de l’ancienne St. Lawrence Columbium. Le maire Pascal Quevillon avait alors également déploré le manque de garanties émises par le promoteur pour expliquer sa décision.

À la suite de ce refus d’Oka de s’impliquer davantage, l’entreprise minière est donc revenue à la charge et a décidé d’offrir ces millions de dollars directement aux Okois. La loi sur le développement durable exige d’ailleurs ce partage des richesses avec la communauté touchée.

Afin d’assurer une distribution continue d’une partie des profits générés par l’exploitation de la mine, une fiducie irrévocable et indépendante, dirigée par des hommes d’affaires d’Oka, a été créée par Éco-Niobium. Une fiducie semblable sera créée pour la communauté de Kanesatake.

Jusqu’à 40 000 $ par année

Les bénéficiaires de ces retombées économiques seront d’abord la population qui réside à proximité de l’opération minière. Ces propriétaires, des agriculteurs pour la plupart qui possèdent les terrains situés sur le rang Sainte-Sophie, à moins de 500 mètres de la mine, recevront 40 000 $ par année, imposables, jusqu’à ce que cessent les opérations de la mine (20 ans minimum). Ceux qui demeurent de 500 à 1 300 mètres de la mine recevront 20 000 $ par année.

Un nouveau système d’aqueduc sera par ailleurs construit par Éco-Niobium et alimentera en eau potable les résidents du rang Sainte-Sophie, du rang Sainte-Germaine, du rang du Domaine, de la montée du Village et d’une partie du rang de l’Annonciation. Ceux-là auront droit à 13 000 $ par année.

Finalement, tous les autres membres votant de la communauté d’Oka auront aussi droit à leur part du gâteau. On évalue cette somme à 1 900 $ par électeur par année.

Une fois que le projet aura été présenté à l’ensemble de la population, Éco-Niobium compte tenir un référendum afin d’obtenir l’acceptabilité sociale.

La mine, qui créera 250 emplois et qui, à terme, pourrait générer près de 4 milliards de dollars, à la valeur marchande actuelle du Niobium, pourrait ouvrir dès 2019.

 

Array
- PUBLICITÉ -

La dernière édition

- PUBLICITÉ -
Top