- PUBLICITÉ -
Duncan Hart Cameron: du printemps érable à candidat solidaire

Duncan Hart Cameron

Duncan Hart Cameron: du printemps érable à candidat solidaire

Rencontré au lendemain du dernier débat télévisé entre les chefs de parti, le candidat de Québec solidaire (QS) dans Deux-Montagnes, Duncan Hart Cameron, a avoué n’avoir regardé qu’une infime partie du débat, car il a préféré respecter un engagement pour rencontrer les membres du jardin communautaire Le Lopin, à Saint-Eustache, un organisme qu’il décrit comme étant très proche des valeurs de son parti.

«Je n’ai eu que quelques minutes, dit‑il, pour présenter ma mission pour la circonscription. C’était plus une opportunité pour moi d’entrer en contact avec des gens qui veulent l’agriculture à proximité et veulent promouvoir une alimentation biologique et plus saine. C’est la vision de QS qui est axée sur un modèle de développement durable et de protection de l’environnement.»

Âgé de 34 ans, Duncan Hart Cameron est père de famille de trois jeunes filles. Il a emménagé à Saint-Eustache depuis 2011 et il enseigne la philosophie au cégep de Saint-Jérôme. S’il est impliqué en politique aujourd’hui, c’est parce qu’il a vécu de très près le fameux printemps érable de 2012: «Personnellement, je suis déçu de certaines choses que je vois dans la société. J’ai vu les étudiants dans la rue. J’étais très proche de cette problématique. J’ai pensé qu’il ne fallait pas juste en parler, mais qu’il fallait agir.»

Il est devenu membre de QS il y a un an et demi. «C’est un parti profondément démocratique. J’ai eu l’opportunité de présenter des idées et de débattre avec des membres. Puis, on m’a offert de me présenter à l’assemblée d’investiture de QS dans Deux-Montagnes», raconte‑t‑il.

Parmi ses priorités pour la circonscription de Deux-Montagnes, le candidat de QS désigne le transport en commun: «Nous voulons désengorger les routes avec des autobus express sur des voies réservées vers Laval et Montréal à tous les jours aux heures de pointe, et une gare à Saint-Eustache pour le train de banlieue.»

En santé, il souhaite absolument des soins de première ligne pour désengorger l’urgence à l’Hôpital de Saint-Eustache. «Ça passe par le CLSC, dont la vocation c’est d’être un lieu de soins de première ligne. Il faut les ouvrir 24 heures par jour et sept jours par semaine. Il faut ramener les docteurs vers les CLSC.» Pour le manque de médecins de famille, il estime «qu’on ne peut pas avoir plus de docteurs sans avoir la formation disponible. Il faut également favoriser les équipes multidisciplinaires avec des infirmières praticiennes et des sages‑femmes.»

En matière de lutte contre la pauvreté, le candidatveutconstruire davantage de logements sociaux dans Deux-Montagnes. «Les coûts des loyers sont trop élevés. De plus, la construction de bâtiments, ça stimule l’économie locale», soutient‑il.

À titre d’enseignant, il se dit interpellé pour une éducation de qualité pour les enfants: «Si on veut éliminer le décrochage chez les étudiants, il faut lutter contre la pauvreté. Un jeune qui décroche fera moins d’argent sur le marché du travail et est susceptible d’avoir des problèmes de santé. Un jeune qui aura de l’éducation de qualité aura un emploi de qualité.»

Finalement, Duncan Hart Cameron est très content de sa campagne. «J’ai fait beaucoup de porte-à-porte. J’ai été très actif auprès des organismes locaux. Nos bénévoles ont distribué nos dépliants à toutes les portes de la circonscription. Notre parti est souverainiste. Avec le Parti québécois, on a maintenant un doute. Les électeurs sont en mesure de comprendre que voter pour QS, c’est voter pour du changement», de conclure M. Cameron.

 

- PUBLICITÉ -

La dernière édition

- PUBLICITÉ -
Top