- PUBLICITÉ -
Dossier célibat: Parce que A2 c'est mieux!

Dossier célibat: Parce que A2 c’est mieux!

Ce sont des chefs d’entreprise, des gens d’affaires, ou encore des travailleurs autonomes. À la différence des autres hommes ou femmes inscrits sur les sites de rencontres gratuits, l’agence A2 c’est mieux s’adresse à une clientèle particulière, prête à respecter les règles de l’agence.

«Aucune photo des membres; les gens ne veulent pas se démarquer avec des photos. Ici, les gens se qualifient au moyen de tests de personnalité qu’on leur fait passer», explique la cofondatrice de l’agence, Céline Lavoie.

Pas gratuit, il faudra débourser un montant X pour trouver l’amour.

«Nous entrons les données de nos membres dans l’ordinateur et des profils sont suggérés. Un calcul de compatibilité est ensuite fait, une présélection en quelque sorte. Puis, c’est le jumelage.»

Le profil est ensuite présenté au prospect qui sera invité à entrer en communication avec la personne suggérée. Seuls le numéro de téléphone et son prénom lui seront octroyés, rien de plus. Par la suite, les membres auront l’obligation d’assurer le suivi à l’agence.

«En règle générale, le couple se forme au premier jumelage, sinon c’est au troisième», continue Céline Lavoie.

L’agence accueille principalement les 30 à 60 ans, bien qu’elle voie, elle aussi, l’émergence d’une clientèle de plus en plus jeune. Mais heureusement, l’équilibre des âges est bel et bien là.

«Oui, nous avons de plus en plus de jeunes. La raison qui les pousse à venir s’inscrire? Ils ont vécu dans le monde de la facilité, du sexe facilement trouvable, alors ils veulent trouver la bonne personne avec qui s’engager. Les hommes aiment toujours chasser et aujourd’hui, pour eux, c’est trop facile.»

«Les gens cherchent du sérieux et ils veulent s’engager rapidement. Le physique n’est plus le critère numéro 1. Ce que l’on recherche, c’est la chimie entre les êtres», continue la directrice de l’agence.

Selon cette dernière, les rencontres dans les bars n’ont plus leur raison d’être aujourd’hui. Elles se font désormais lors d’activités sportives ou culturelles, peut-être même au resto.

Facile, les rencontres?

Si les critères changent avec les âges, il n’en reste pas moins que c’est tout aussi difficile de rencontrer l’amour à 20 ans qu’à 50 ans. Et pour ces messieurs, le stress augmenterait de façon significative lorsque vient le temps de faire affaire avec les agences de rencontres.

«C’est parce qu’ils sortent de leur zone de confort. C’est une perte de contrôle que de laisser aller quelqu’un s’occuper de leurs affaires», mentionne la cofondatrice.

Un retour du balancier?

Contre toute attente, il semblerait que l’on assiste à un retour du balancier dans les relations sentimentales. Selon l’agence, les gens semblent vouloir (re)commencer à faire plus de concessions au niveau de leurs relations personnelles.

«Ils réalisent que même en changeant de personne, ça reste pareil. On les voit faire davantage de concessions, plus d’efforts dans leur couple. Ça ressemble un peu aux années antérieures, aux relations de couple qu’il y avait voilà 20 ans environ.»

 

 

 

- PUBLICITÉ -

La dernière édition

Concours

Concours IGA Lamoureux
- PUBLICITÉ -
Top