- PUBLICITÉ -
Deux-Montagnes: une deuxième fois fructueuse pour le péquiste Daniel Goyer

Une victoire pleinement savourée par le péquiste Daniel Goyer et ses partisans.

Deux-Montagnes: une deuxième fois fructueuse pour le péquiste Daniel Goyer

Élections 2012

La deuxième fois a finalement été la bonne pour le péquiste Daniel Goyer. Balayé par la vague adéquiste en 2007, celui-ci l’a finalement emporté, mardi soir dernier, pour devenir le nouveau député de la circonscription électorale de Deux-Montagnes et écarter, du coup, l’ex-péquiste devenu caquiste Benoit Charette.

Au terme d’une soirée qui n’aura pas été sans suspense, le candidat du Parti québécois (PQ) a amassé 14 405 voix, soit 38,81 % du suffrage exprimé, alors que son principal adversaire, le député sortant et candidat de la Coalition avenir Québec (CAQ) Benoit Charette a recueilli 13 076 voix, l’équivalent de 35,23 % du suffrage exprimé en cette journée du 4 septembre. Il s’agit donc d’une majorité de 1 329 voix pour M. Goyer.

La candidate du Parti libéral du Québec (PLQ) Stéphanie Ménard a terminé troisième avec 6 667 votes en sa faveur ou 17,96 % des voix exprimées. Les trois autres candidats en lice, Normand Godon, de Québec solidaire (QS), Princess Brooks, du Parti vert du Québec (PVQ), et Wilson Ortiz, d’Option nationale (ON), se sont partagé les 2 924 voix restantes exprimées (7,99 %).

À l’élection du 26 mars 2007, Daniel Goyer, à sa première tentative, avait été battu par 1 132 voix par l’adéquiste Lucie Leblanc. À l’élection suivante, le 8 décembre 2008, c’est plutôt Benoit Charette qui représentait le PQ et il avait obtenu à ce moment une majorité de 2 981 voix. Au mois de juin 2011, rappelons-le, M. Charette a cependant quitté le PQ pour joindre, dès le début de l’année 2012, les rangs de la CAQ nouvellement formée par François Legault.

Si le péquiste Daniel Goyer est finalement victorieux, il a dû cependant attendre un bon deux heures avant d’être en mesure d’y croire. En effet, dès les premiers résultats dévoilés, vers 20 h 34, c’est la libérale Stéphanie Ménard qui a pris les devants, avec à peine 10 voix d’avance.

Puis, quelques minutes plus tard, c’était au tour du caquiste Benoit Charette de mener, ce qu’il a fait jusqu’à 21 h 06. Pendant cette demi-heure, M. Charette a vu un écart de quelque 200 voix se creuser entre lui et son adversaire péquiste. À partir de 20 h 19, cette avance a cependant commencé à fondre graduellement, pour disparaître à 21 h 06, alors que le péquiste Daniel Goyer a pris les devants avec 10 voix de majorité sur son adversaire caquiste.

Au fur et à mesure que les résultats ont, par après, été divulgués, M. Goyer n’a jamais plus regardé en arrière, voyant sa majorité augmenter à chaque fois. Vers 22 h 08, après le dépouillement de 112 des 181 boîtes de scrutin, alors qu’il détenait une confortable avance de 740 voix (9 169 contre 8 429), sa victoire était officiellement confirmée.

Au final, ce sont 37 657 sur 47 154 électeurs inscrits qui ont exercé leur droit de vote pour un taux de participation de 79,86 %. Des votes exprimés, 545 (1,45 %) ont été rejetés. À l’élection de 2008, le taux de participation avait été de 61 % et 535 bulletins avaient été rejetés.

- PUBLICITÉ -

La dernière édition

- PUBLICITÉ -
Top