- PUBLICITÉ -
Deux-Montagnes: Un défilé du père Noël haut en couleur

Un groupe de jeunes pour le moins dynamique à ce 44e Défilé du père Noël dans les rues de Deux‑Montagnes.

Deux-Montagnes: Un défilé du père Noël haut en couleur

Le 44e Défilé du père Noël a tenu toutes ses promesses, dimanche dernier, dans les rues de Deux-Montagnes. Il s’est déroulé dans une atmosphère joyeuse et féérique qui marque l’entrée du temps des Fêtes de fin d’année.

Vers 14 h 30, à la hauteur de 11e Avenue, les parents et leurs enfants, bien emmitouflés, attendaient sagement face à la mairie le passage de la parade qui avait démarré vers 13 h à l’intersection de la 20e Avenue. Une patience bien récompensée quand ils ont vu débouler le cortège bigarré. Des camions de pompiers aux sirènes hurlantes ouvraient la voie du long défilé qui s’étalait sur plusieurs centaines de mètres. Ils étaient suivis de camionnettes remplies de jouets. Pour la 12e fois, le Club Optimiste Deux-Montagnes avait effectivement profité de l’évènement pour organiser une collecte de jouets neufs ou usagés. Les Deux-Montagnais ont fait montre d’une grande générosité. «Cette année, on a rempli quatre camions, c’est un peu mieux que d’habitude», s’est félicité Denis Naud, vice-président du comité organisateur.

En attendant l’arrivée du gros bonhomme rouge, les associations de la Ville ont rivalisé d’originalité et d’énergie pour animer les rues de Deux-Montagnes. Le funambule Constantin, du haut de ses 80 ans, a assuré une démonstration convaincante de monocycle. Les clubs sportifs n’ont pas été en reste. Les filles du club de cheerleading Zodiak ont fait voltiger les leurs dans les airs. Les joueurs de kinball ont fait participer la foule en assurant des échanges avec l’immense ballon. Les danseurs irlandais ont remué sur des rythmes toniques qui ont réchauffé l’atmosphère. Les cadets bien disciplinés ont fait vibrer leurs cordes vocales en marchant au pas. En tout, ce sont quelque 800 participants qui ont pris part à ce 44e défilé malgré le froid. «Personnellement, j’ai bien aimé l’école Saint‑Jude et son animation de cirque», a avoué un spectateur.

L’ambiance a monté d’un cran progressivement jusqu’à l’arrivée du héros de la journée qui a déclenché des cris de joie dans la foule. À gauche, à droite, en français ou en anglais, le père Noël a pris soin de saluer tout le monde du haut de son char. Les enfants ont été un peu frustrés de le voir si haut perché. Ils lui auraient bien susurré quelques recommandations à l’oreille en vue du 25 décembre…

«Mais pourquoi n’est‑il pas venu avec son vrai traîneau?» s’est interrogé Audric, 7 ans. Peut‑être qu’avec la route trop bien dégagée, le bitume aurait endommagé le traîneau et les sabots des rennes… ont tenté de répondre ses parents. Heureusement, mère Noël a pris soin de se mêler à la foule et de se laisser bien volontiers photographier. Les enfants sont repartis avec les poches pleines de bonbons et le souvenir d’un câlin avec l’ours polaire ou le lion et un top‑là avec Captain America.

Du côté des organisateurs, l’heure était aussi à la satisfaction. «Tout s’est bien déroulé. On a peut‑être eu 15 000 spectateurs», se hasardent‑ils à estimer. «C’est bien, même si les éditions anniversaires comme la 40e attirent plus de monde.»

Précisons qu’au moment de mettre sous presse, les vainqueurs du Concours du plus beau char allégorique et de la Meilleure animation n’étaient pas encore connus.

 

 

 

- PUBLICITÉ -

Nos chroniques

La dernière édition

- PUBLICITÉ -
Top