- PUBLICITÉ -
Deux-Montagnes: Marc Lauzon quittera la mairie en novembre

En poste depuis 2005

Deux-Montagnes: Marc Lauzon quittera la mairie en novembre

Le maire de Deux-Montagnes, Marc Lauzon, ne briguera pas de troisième mandat lors des élections de novembre 2013.

En réflexion depuis six mois, M. Lauzon, qui occupe ces fonctions depuis 2005, estime qu’il doit passer le flambeau. S’il juge que Deux-Montagnes a été, est et sera aux prises avec le même défi face à son développement, il jure que ce ne sont pas les problèmes d’ordres municipaux qui ont précipité sa décision. C’est plutôt d’un point de vue personnel qu’il voit la chose, fatigué d’être le point de mire de ses détracteurs.

«La politique n’est pas une fin en soi», dit-il, soulignant un peu plus loin que «si la critique fait partie du métier, personne ne se lève le matin avec l’ambition de se faire haïr».

Il croit que la popularité de Marc Lauzon aurait été au cœur de la prochaine campagne électorale, chose qu’il ne voulait pas. Il invite les éventuels candidats à «faire leurs devoirs» avant de se prononcer publiquement et à vérifier d’eux-mêmes les chiffres. «Tout est public et disponible, nous n’avons rien à cacher et notre personnel est à votre disposition», dit-il. D’ailleurs, il annonce que la Ville – le personnel administratif, précise-t-il – tiendra le printemps prochain une séance d’information avec cahier des charges à l’intention des candidats.

Mentionnant quelques réalisations, comme l’acquisition de l’édifice de l’ancienne Caisse populaire Desjardins, la fusion de la cour municipale avec Saint-Eustache et la relocalisation de certains services municipaux, M. Lauzon a tout de même pris une certaine partie de son discours pour critiquer durement les décisions prises dans les années 1990 avec lesquelles il a dû composer. Il prend comme exemple le changement de zonage industriel à résidentiel en bordure de l’autoroute 640 et certains travaux municipaux.

Concernant la situation actuelle, M. Lauzon a utilisé le terme «cul-de-sac» pour exprimer les défis qui s’offrent à la Ville. «Il est encore possible et essentiel de créer de nouveaux revenus pour préserver la Ville de Deux-Montagnes telle que nous la connaissons et l’aimons. Il y a des changements à faire, des regroupements à établir et des secteurs de la ville à être redéveloppés.»

Or, les efforts de l’administration actuelle pour redresser la situation, notamment par de la densification, se sont heurtés à la volonté des citoyens dans un contexte où, dit-il, la Ville doit se servir des deux gares de train de banlieue comme leviers pour la création de nouvelles richesses.

La décision du maire d’annoncer ses couleurs en début d’année fera peut-être cheminer plus rapidement que prévu d’éventuels candidats à sa succession. Denis Joannette, un ancien conseiller municipal qui a aussi tenté sa chance sur la scène fédérale, a annoncé son intention de se porter candidat il y a quelques semaines.

Le conseiller municipal James McAllister, membre de l’opposition au conseil municipal, avait déjà affirmé être en réflexion à ce sujet cet automne. S’il avait à appuyer une candidature, M. Lauzon affirme: «Tom [Whitton, conseiller municipal du district de l’Olympia] est un gars de la Ville, je voterais pour lui.»

Marc Lauzon n’a pas voulu s’avancer plus loin sur son avenir au lendemain de l’élection de novembre 2013. Tout au plus a-t-il indiqué, il a toujours conservé son permis d’agent immobilier.

- PUBLICITÉ -

La dernière édition

- PUBLICITÉ -
Top