- PUBLICITÉ -
Deux-Montagnes: Eddy Johnson présente ses sept engagements

Patrice Paquette

Deux-Montagnes: Eddy Johnson présente ses sept engagements

Le gel salarial des élus pour les quatre prochaines années, la rediffusion sur le Web des séances du conseil municipal, des rencontres hebdomadaires avec les citoyens, le renouvellement des comités, la recherche de consensus avec les élus, une administration rigoureuse et transparente, ainsi que la coopération avec les municipalités voisines, sont les sept engagements qu’a dévoilés Eddy Johnson, candidat indépendant à la mairie de Deux-Montagnes.

L’ex-cadre de la Brasserie O’Keefe et copropriétaire de Re/Max V.R.P. a lancé, le jeudi 3 octobre dernier, lors d’un point de presse à la Maison du citoyen de Deux-Montagnes, sa campagne dans la course à la mairie, qu’il veut orienter vers le respect d’abord, «intégrité, expérience, sagesse» sont les mots clés qu’il a utilisés pour décrire sa pensée politique.

Le candidat se questionne sur la gestion actuelle de la Ville. «Il y a eu une augmentation de personnel à la Ville ces huit dernières années, je ne sais pas si c’est justifié», soulève-t-il. S’il est élu, Eddy Johnson promet de réduire les dépenses: «C’est le temps de serrer les vis parce que ce sera pour le long terme. Je vais consacrer mon énergie à réduire les dépenses.» Il dit cependant vouloir étudier le budget actuel de la Ville avant de se prononcer sur d’éventuels projets.

Quant à la possible fusion de Deux-Montagnes avec d’autres villes, Eddy Johnson adopte une attitude d’ouverture. «Il n’y a pas d’études qui montrent qu’il y a lieu de faire des économies en fusionnant des villes. Mais si une ville voisine présente quelque chose de concret qui me permet d’économiser, je ne dirai jamais non», a-t-il indiqué.

Père de deux enfants et de cinq petits-enfants, celui qui aura 70 ans trois jours avant la date des élections insiste sur l’amour qu’il a pour sa ville qu’il habite avec sa conjointe depuis 1969. Ses implications en tant que coach au soccer, baseball, et hockey, puis comme président de l’Association de hockey mineur de Deux-Montagnes, l’ont mené à la vie politique en 1990. L’agent immobilier et homme d’affaires a ensuite occupé le poste de conseiller municipal pour une durée de quatre ans et dirigé l’entreprise Re/Max V.R.P. jusqu’en 2012.

Dans cette course à la mairie contre l’équipe Deux-Montagnes Autrement de Denis Martin, l’Équipe Denis Joanette Team et l’indépendant Jamshid Ghavami, Eddy Johnson tient à faire de la politique différemment, en menant une campagne le plus simplement possible. Par exemple, il n’a installé que quatre pancartes aux entrées de la ville.

Aussi, dit-il, il n’a pas vu la nécessité de former une équipe, puisque tous les conseillers élus devraient, à son avis, travailler dans l’intérêt des citoyens. «Jean-Guy Bergeron est dernier à avoir été élu à la mairie de Deux-Montagnes comme candidat indépendant, de 1982 à 1990», a rappelé M. Johnson.

L’aspirant maire souhaite, enfin, enrayer le cynisme qui entoure la politique municipale. «Je veux redorer l’image de la mairie et ramener le respect à l’hôtel de ville, en cette période où être politicien soulève des doutes».

 

 

 

 

- PUBLICITÉ -

Nos chroniques

La dernière édition

- PUBLICITÉ -
Top