- PUBLICITÉ -
Deux-Montagnes doit envisager la densification et les habitations multiples

Le maire Marc Lauzon est entouré de Roland Tourangeau

Deux-Montagnes doit envisager la densification et les habitations multiples

Selon le maire Marc Lauzon

Pour le maire Marc Lauzon, l’avenir de Deux-Montagnes passe par la modification de son plan d’urbanisme en faveur d’une plus grande densification et de la construction d’habitations multiples.

Marc Lauzon a profité de la présence des membres de la Chambre de commerce de Saint-Eustache–Deux-Montagnes–Sainte-Marthe-sur-le-Lac, à son dîner annuel, jeudi dernier, pour expliquer les enjeux actuels de la Ville, dont «l’économie précaire et peu diversifiée».

Selon lui, trois secteurs pourraient être davantage densifiés et accueillir des habitations multiples: le quartier Grand-Moulin, la zone de la Gare Deux-Montagnes ainsi que le chemin d’Oka.

Il considère d’ailleurs le chemin d’Oka tout indiqué comme point de départ. «Voie de circulation importante et porte d’entrée de la ville, le chemin d’Oka possède le potentiel de redevenir la rue principale d’un noyau villageois animé», croit-il.

L’appel d’offres public pour un projet de constructions mixtes de moyenne densité situé entre la 6e et la 7e Avenue devrait être publié sous peu, a-t-il annoncé. Le projet en question prévoit une rangée de bâtiments mixtes regroupés en blocs qui seront vendus en unités de condominium, alors que l’étage du rez-de-chaussée sera plutôt réservé à des commerces de destination.

Comme le secteur Grand-Moulin est situé près d’une gare, d’un cours d’eau et du chemin d’Oka, le maire Lauzon estime qu’il serait assez facile d’y attirer d’éventuels acheteurs d’unités de condominium. Cette nouvelle offre répondrait par ailleurs à la demande de la Communauté urbaine de Montréal qui souhaite que les municipalités longeant les gares du train de banlieue se densifient. «Cela requiert cependant patience, prudence, vision et la modification de notre plan d’urbanisme», reconnaît M. Lauzon.

Celui-ci assure que les plans particuliers d’urbanisme (PPU) intégrés au nouveau plan d’urbanisme permettront de préciser les seuils de densification et de protéger les parcs et espaces verts existants.

Quant au secteur de la Gare Deux-Montagnes, le maire envisage le déplacement de certains équipements municipaux et une réorganisation des stationnements et espaces libres pour ériger de nouvelles constructions multiples et des commerces de proximité, des restaurants, des bureaux ainsi qu’une place publique.

Les scénarios de développement dans ce secteur se conjuguent pour le moment au conditionnel. L’important achalandage quotidien aux deux gares de Deux-Montagnes, se chiffrant à 1 800 personnes, convainc cependant le maire de s’y attarder.

L’accord de la population n’est toutefois pas gagné. Dans un sondage commandé par la Ville, à peine 57 % des résidants sondés croient qu’accroître la population serait la meilleure solution pour augmenter les revenus de la Ville et guère plus de 63 % des répondants se montrent en faveur d’un développement résidentiel et commercial à proximité des deux gares.

Enfin, le maire Lauzon a rappelé, à titre de préfet de la MRC, qu’il appuyait entièrement le projet Albatros qui pourrait se concrétiser avec l’achat du terrain de golf. Selon lui, cet investissement de 13,25 M$ s’autofinancerait rapidement grâce aux taxes générées par l’arrivée d’entreprises et de commerces.

- PUBLICITÉ -

La dernière édition

- PUBLICITÉ -
Top