- PUBLICITÉ -
Ministre 1

Photo Christian Asselin - Christine St-Pierre, ministre responsable de la région des Laurentides, lors de son allocution à la Maison des mots des Basses-Laurentides.

Photo Christian Asselin - Ilham Gaudreau, coordonnatrice de la Maison des mots.
Photo Christian Asselin - Une habituée de la Maison des mots, cette dame avait une lettre à remettre à Mme St-Pierre.

Des subventions pour contrer l’analphabétisme

La Maison des mots des Basses-Laurentides et le Centre de prévention du décrochage scolaire Oméga sont au nombre des organismes qui bénéficient d’une aide financière de Québec. C’est la ministre Christine St-Pierre, de passage à Sainte-Thérèse, le 15 décembre, qui en a fait l’annonce.

En marge du Programme d’action communautaire sur le terrain de l’éducation (PACTE), mis sur pied par Québec, c’est une somme totale de 966 259 $ que se partageront huit organismes des Laurentides. De cette somme, 142 265 $ iront à la Maison des mots, et 87 103 $ au Centre Oméga.

«Il faut donner la chance à ceux et celles qui n’en ont pas eu d’acquérir des habiletés en lecture et faire en sorte que l’on puisse leur offrir des possibilités d’avenir meilleur», a indiqué Mme St-Pierre, rappelant que plusieurs organismes de la région sont impliqués «dans ce travail essentiel» qui est d’enseigner à lire et à écrire aux citoyens qui n’en ont pas eu la possibilité.

«Cette aide financière, a ajouté la ministre St-Pierre, est directement liée à la Politique de réussite éducative. D’ailleurs, vous avez constaté que notre gouvernement pose des gestes concrets à cet effet.»

Soulignons que pour l’ensemble du Québec, l’enveloppe totale du PACTE s’élève à plus de 27 M$ pour l’année 2017-2018.

Joie mitigée

Ilham Gaudreau, coordonnatrice à la Maison des mots des Basses-Laurentides, située rue du Ravin à Sainte-Thérèse, était évidemment heureuse de recevoir une telle subvention. Elle aurait toutefois préféré que celle-ci soit arrimée au coût de la vie et ne s’est pas gênée pour en faire part à Christine St-Pierre, lui rappelant, notamment, que la somme qu’elle reçoit de Québec n’avait pas été indexée au coût de la vie depuis huit ans.

«Un grand merci pour la bonification de notre subvention de base, a lancé Mme Gaudreau. Certes, elle nous permettra de consolider une partie de nos besoins et de se concentrer sur les aspects essentiels de notre mission. Toutefois, les groupes alpha espèrent que le ministère de l’Éducation procédera à l’indexation annuelle des subventions de chaque organisme reconnu et accrédité puisque pour que la subvention reçue cette année puisse avoir l’effet escompté, cette indexation est plus que nécessaire.»

«Mme Gaudreau et moi avons eu une excellente rencontre au cours de laquelle elle m’a expliqué les enjeux de son organisme, a répondu Mme St-Pierre lorsqu’interpelée sur la question de l’indexation. Dans les années passées, a-t-elle poursuivi, nous avons eu des gestes à poser pour atteindre l’équilibre budgétaire, mais là, nous sommes en mode où on peut aller plus loin et je vais certainement passer le message à mon collègue le ministre Proulx. Je lui ai donné ma parole.»

 

Array
- PUBLICITÉ -

La dernière édition

- PUBLICITÉ -
Top