- PUBLICITÉ -
Des stagiaires en formation avec trois entrepreneurs

Les stagiaires du Studio de la relève en atelier avec trois entrepreneurs de la région, Alana Beaulieu, Luc St-Pierre et Viviane Sabourin.

Des stagiaires en formation avec trois entrepreneurs

S’impliquer contre le décrochage

Cinq jeunes décrocheurs stagiaires au Studio de la relève, une organisation basée à Rosemère, ont reçu une formation par trois entrepreneurs au Centre local de développement (CLD) de la MRC de Deux-Montagnes, au mois de février dernier. Cette première cohorte vit depuis septembre une expérience de travail dans le domaine musical.

Offert pour une première année, le stage permet aux jeunes d’aborder différentes tâches relatives à l’organisation d’événements et à des tournées dans les écoles contre le décrochage. Le thème du stage est d’ailleurs Des décrocheurs s’impliquent contre le décrochage, de mentionner le président du Studio, Christopher Danetz.

Les stagiaires âgés de 17 à 20 ans ont touché, pendant les six mois du stage qui a pris fin avec le mois de février, autant à des tâches administratives, de gestion que d’élaboration d’idée, de présentation de projet ou d’apprentissage plus technique des éléments de la scène.

«C’est vraiment génial, on a fait beaucoup de choses avec eux. Notre mission est de mettre les jeunes en évidence. Lors des conférences dans les écoles, ils parlent de leur expérience. C’est extraordinaire de partir de rien et d’être mis de l’avant comme un modèle», a dit, avec enthousiasme, M. Danetz.

Rassembler les jeunes autour de la musique, un sujet que tout le monde aime, aide à faire beaucoup de choses et surtout, à attirer différents types de partenaires heureux de s’impliquer, raconte le président. «Bâtir sa fierté et rêver grand pour réussir» est la maxime du Studio de la relève.

L’atelier de formation du 9 février a été donné par trois entrepreneurs, Alana Beaulieu, de Quadco, Viviane Sabourin, de la Caisse Desjardins de Saint-Eustache–Deux-Montagnes, et Luc St-Pierre, conseiller en restauration.

Des conseils et des outils pour aider les jeunes à trouver un emploi après leur stage ont été prodigués. Les jeunes ont donc eu la chance de parler à de vrais employeurs qui ont pu transmettre les réalités du marché du travail. «Je suis content de voir l’implication du milieu des affaires», de confier Christopher Danetz.

Pendant la formation, ont été abordés, entre autres, les sites de recherche d’emplois, le CV, la lettre de présentation et les entrevues. Viviane Sabourin a d’ailleurs précisé à ce propos: «Laissez-vous la place à l’erreur quand vous choisissez un emploi. On dit, de l’expérience professionnelle. C’est comme une agence de rencontre!». Ce à quoi Alana Beaulieu a ajouté: «On sent parfois que nous aussi on passe en entrevue et c’est correct, ça démontre l’intérêt du candidat».

Des simulations étaient également prévues au menu. «Les jeunes, c’est la relève. Le projet du Studio est intéressant. Nos petits gestes vont nous revenir en offrant des outils pour réussir», de dire Viviane en entrevue. «Le meilleur exemple qu’on peut donner c’est d’être là et de donner du temps, c’est un investissement qui va revenir», de renchérir Alana.

Un projet qui semble aussi plaire aux jeunes. Un stagiaire a déclaré pendant la pause: «Il devrait y avoir plus de projets comme ça. Ça m’a aidé à savoir où j’en suis et vers quoi je devrais aller.»

Une nouvelle cohorte de stagiaires au Studio de la relève est prévue pour mars.

 

 

- PUBLICITÉ -

La dernière édition

Section concours

Concours IGA Lamoureux
- PUBLICITÉ -
Top