- PUBLICITÉ -
Des mesures annoncées pour les familles et la classe moyenne

Le candidat de la Coalition avenir Québec (CAQ) dans Deux-Montagnes, Benoit Charette, en compagnie de Karine Savard, Patrice Gougeon et leurs quatre enfants.

Des mesures annoncées pour les familles et la classe moyenne

Campagne électorale dans Deux-Montagnes

Le candidat de la Coalition avenir Québec (CAQ) dans Deux-Montagnes, Benoit Charette, a commenté la semaine dernière les engagements de sa formation politique en matière de soutien aux familles, notamment l’élimination de la taxe santé, la réduction progressive de l’impôt des particuliers et les journées de congé payées pour les parents.

«Les Québécois demeurent les contribuables les plus taxés en Amérique du Nord, dit-il. C’est dû en partie au gaspillage entraîné par la bureaucratie, le manque de rigueur dans la gestion de l’appareil gouvernemental et la corruption.» M. Charette estime qu’une gestion plus rigoureuse des deniers publics, notamment en ce qui concerne les sociétés d’État, une lutte efficace contre la corruption et une réorganisation des réseaux de la santé et de l’éducation permettront de dégager les sommes prévues pour financer ces annonces. Il qualifie à cet effet «d’inéquitable» la taxe santé imposée aux Québécois. «On s’engage à l’abolir», dit-il, une mesure qui redonnerait 400 $ par couple. La CAQ entend aussi réduire de 600 $ l’impôt sur le revenu des familles de la classe moyenne. Cette baisse d’impôt totale de 1 000 $ sera réalisée durant «le premier mandat d’un gouvernement de François Legault», dit M. Charette.

La deuxième mesure de la CAQ mise de l’avant par Benoit Charette est l’obligation, pour les employeurs, de donner 5 jours de congé payés à tout travailleur ayant un enfant de moins de 6 ans, pour des responsabilités familiales. «La Loi reconnaît déjà aux Québécois dix jours de congé sans solde, note le député. Les cinq jours avec solde feront partie de cette banque de 10 jours. De tels congés existent déjà dans le secteur public, mais puisque la mesure proposée est universelle, elle profitera désormais à des travailleurs du privé et des non-syndiqués qui n’en bénéficient pas actuellement.»

La mesure, qui serait entièrement financée par les entreprises, ne viendra pas alourdir les dépenses de celles-ci, «si l’on tient compte des annonces qui s’en viennent pour les PME», affirme Benoit Charette. Le cadre financier de la CAQ sera dévoilé en cours de campagne. Ces annonces «faciliteront beaucoup l’entrepreneuriat, poursuit-il. C’est incroyable la paperasse qu’ils doivent traiter. Il y aura un allégement à ce niveau».

«Depuis l’évocation des commissions d’enquête, on constate une baisse de coûts des appels d’offres», souligne par ailleurs le député sortant de Deux-Montagnes, qui estime à plusieurs dizaines de milliards de dollars les montants engagés au cours des dernières années dans les contrats gouvernementaux. Selon son estimation, qu’il croit très conservatrice, le coût des contrats pourrait baisser de 10 % au Québec.

Appelés à témoigner de cette mesure, Patrice Gougeon et Karine Savard, qui ont une famille de quatre enfants âgés d’âge scolaire et préscolaire, ont salué l’engagement de la formation politique de François Legault. «Souvent, on [les partis] en parle, mais sans engagements», souligne M. Gougeon. Ce que propose la CAQ est concret, selon le couple. Mme Savard, qui travaille dans le milieu de l’éducation, souligne que sa banque de congés est souvent à sec au début du mois de janvier, alors qu’il reste encore plusieurs mois avant les vacances.

- PUBLICITÉ -

La dernière édition

Section concours

- PUBLICITÉ -
Top