- PUBLICITÉ -

Des citoyens craignent une hausse de taxes pour le moins salée

Secteur de Saint-Augustin, à Mirabel

Des citoyens du secteur de Saint-Augustin, à Mirabel, résidant dans le quadrilatère borné, au nord, de la rue des Saules, et s’étendant jusqu’aux rues des Bouleaux et Centrale, ont sursauté le 6 novembre lorsqu’ils ont récupéré leur courrier.

S’y trouvait en effet une lettre arborant le logo de la Ville de Mirabel et signée de Geneviève Cauden, directrice du Service du génie, les informant de la nécessité de réaliser des travaux de pavage et de drainage dans leur secteur (égouts sanitaires et pluviaux), travaux dont la facture s’élèverait en moyenne, par propriétaire, à quelque 25 000 $. Selon l’hypothèse énoncée par la Ville, les contribuables visés pourraient choisir de payer en un seul paiement ou sur 20 ans, à raison de 2 022 $ par année

«De mon côté, rage Régis Beaudoin, résidant de la rue Marin, mon compte de taxes bondirait de 200 %. Ça n’a pas de bon sens! Avoir su quand j’ai acheté, il y a deux ans, j’aurais peut-être pris une décision différente!»

Rappelant aux 425 propriétaires concernés que selon le règlement Q-2, r22 de la Province de Québec, ils sont responsables de l’entretien et du bon fonctionnement de leur installation sanitaire, la lettre contient un coupon-réponse sur lequel on leur demande d’indiquer s’ils sont pour ou contre la réalisation des travaux, qui obligerait notamment le creusage d’un nouveau fossé. On les invite également à une soirée d’information. Celle-ci a eu lieu le 19 novembre.

Plus de 200 citoyens concernés

On estime à 250 le nombre de citoyens présents au centre culturel Jean-Laurin, le 19 novembre, afin d’entendre les représentants du Service du génie de la Ville de Mirabel exposer les détails du projet et ses aléas.

Parmi eux, Michael Skene, résidant de la rue Saint-Paul, se questionnait. «Mais pourquoi faire payer les citoyens une facture qui pourrait s’élever à 13 millions de dollars? » , surtout que, selon ses dires, jamais le Service d’ingénierie n’avait auparavant recommandé un fossé dans ce secteur de Saint-Augustin.

«Comment se fait-il que la Ville de Mirabel ne va pas chercher une subvention du fédéral et du Québec? Plusieurs des résidants y sont depuis 1976 et sont des contribuables à la Ville de Mirabel. Ils ont participé durant tout ce temps au développement de la ville!»

Cinquante-cinq pour cent des citoyens présents se sont finalement exprimés contre le projet.

«L’assemblée s’est déroulée dans le calme et le sérieux, a poursuivi M. Skene. En aucun cas, a-t-il renchéri, la Ville ne peut aller de l’avant avec ce qui a été présenté, avec ces coûts exorbitants par propriété!»

à l’écoute des citoyens

Questionnée à ce sujet, la Ville de Mirabel s’est faite rassurante. Pas question d’aller de l’avant avec un projet de cette envergure sans avoir d’abord obtenu l’aval des citoyens du secteur.

«Ce qu’il faut comprendre, c’est que le conseil a décidé de consulter la population. La Ville, à cette heure, n’a encore pris aucune décision. Les résultats du sondage viendront nous en dire plus. Un rapport suivra» , a précisé Bernard Poulin, porte-parole de la Ville de Mirabel.

Il a ajouté que dans l’éventualité où le sondage révélerait une majorité de «contre» , la Ville retournerait alors à sa table de travail.

«Lorsqu’on consulte les gens, il y a une raison, c’est la logique qui le dit. En fin de compte, ce sont eux qui vont payer et on voit que ce sont des sommes assez rondelettes. Si on les a consultés, c’est pour tenir compte de leur opinion» , a conclu Bernard Poulin.

Array
- PUBLICITÉ -

La dernière édition

- PUBLICITÉ -
Top