- PUBLICITÉ -

Cette photo qu’a publiée le maire Pascal Quevillon sa page Facebook montre ici des dizaines de véhicules stationnés des deux côtés de la route 344.

Des centaines de fêtards à Kanesatake: le maire d’Oka mécontent du travail de la SQ

Il semble que ce soit le calme après la tempête à Kanesatake après que plusieurs centaines de fêtards se soient rassemblés hier, le samedi 12 juin, sur l'accotement de la route 344, à la hauteur des cabanes où l’on y vend du cannabis pour prendre part à une fête organisée par un commerçant situé en bordure de ce qui est aussi appelé la rue Saint-Michel, à l’ouest du secteur villageois.

Même si le calme est revenu, il n’en demeure pas moins que le maire d’Oka, Pascal Quevillon, était plutôt mécontent ce matin du travail effectué par la Sûreté du Québec (SQ) qui, malgré les nombreuses communications qu’il a eues avec le corps policier durant toute la journée, a choisi de pas chasser les fêtards qui contrevenaient pourtant, dit-il, à plusieurs règles.

De premiers fêtards en début d’après-midi

Arrivés en début d’après-midi, ces fêtards venus à bord de centaines de voitures (M. Quevillon parle de 200 à 300 véhicules) de différentes régions participaient, de fait, «au plus gros party de l’année […] pour la fête Soca VS Dancehall», que le magasin de cannabis Green Room avait annoncé la veille sur sa page Facebook.

Une invitation qui n’est pas restée lettre morte puisque de premiers arrivants ont fait leur apparition en début d’après-midi, pour être vite être rejoints par des centaines d’autres. Le tout s’est poursuivi passé 22 h, alors que les derniers fêtards quittaient les lieux.

D’ailleurs, M. Quevillon a publié, samedi, en soirée, sur sa page Facebook des photos montrant justement des dizaines voitures stationnées des deux côtés de la route 344.

«Méga gros party sur la route 344 à Kanesatake depuis cet après-midi. Plusieurs centaines de personnes sur place… Aucun masque, aucune distanciation… Consommation sur la voie publique. Beaucoup de voitures étaient stationnées illégalement sur l’accotement dans une zone de 80 km/h…  Est-ce qu’on peut consommer sur la voie publique? Est-ce qu’on peut se stationner dans une zone de 80 km/h? Et non… », a aussi écrit à ce moment M. Quevillon sur sa page Facebook, précisant qu’il était en communication avec la Sûreté du Québec depuis l’après-midi, mais que, «encore une fois, aucune intervention de [sa] part… ».

Une occasion manquée pour la SQ

Plus ou moins surpris de l’inaction de la SQ, exception faite de contrôles routiers que celle-ci a effectués en fin de soirée aux entrées est et ouest de sa municipalité, sans pour autant procéder à des arrestations, le maire Quevillon a indiqué que c’est un autre épisode dont ce serait fort bien passé Oka.

«Il y avait beaucoup d’infractions au niveau des règles sur la COVID-19, au niveau du stationnement dans un zone de 80 km/h, et au niveau de la consommation de drogues et d’alcool sur une route publique et provinciale. Et il n’y a eu aucune intervention policière. C’est vraiment déplorable, autant pour la communauté d’Oka et que celle de Kanesatake qui, en grande majorité, n’était pas d’accord avec ce qui se passait. Malheureusement, la SQ a été fidèle à elle-même», de commenter à votre hebdo L’ÉVEIL M. Quevillon.

«Cela aurait un bon moment pour la SQ d’agir pour la majorité de la communauté de Kanesatake, de [lui] montrer qu’elle est là pour les protéger, mais elle n’en pas profité de l’occasion», d’ajouter le maire qui croit que le message laissé par la SQ, c’est de «venir à Kanesatake» et que «c’est bar open».

- PUBLICITÉ -

La dernière édition

- PUBLICITÉ -
Top