- PUBLICITÉ -

Les 19 participantes à SimulACTIONS, accompagnées des trois mentores et des organisatrices de l’événement.

Des candidates mieux préparées à la politique municipale grâce à SimulActions

La Ville de Mirabel a été l’hôte, du 9 au 11 juillet, d’un événement hors de l’ordinaire: celui de réunir une vingtaine de femmes de l’une des huit MRC des Laurentides, dont celles des Basses-Laurentides et qui se porteront candidates au poste de conseillère municipale ou de mairesse lors de l’élection municipale de novembre en vue de les préparer à la vie politique.

Conçu en 2013 par Gaétane Corriveau, du Groupe Femmes Politique et Démocratie, ce neuvième SimulACTIONS était organisé en collaboration avec le Réseau des femmes des Laurentides (RFL) qui s’active déjà sur le projet «Élections municipales: Les Laurentides réunies pour la parité», lequel vise à mieux préparer les candidates au fonctionnement et procédures d’un conseil municipal.

Conférences et simulations

Sous forme d’ateliers simulateurs, les participantes ont ainsi pu prendre part durant trois jours à des formations concrètes et dans un environnement proche de la réalité puisque la plupart se déroulait dans la salle réservée aux séances du conseil municipal, à Mirabel. D’ailleurs, les conseillères Guylaine Coursol, Ysabelle Gauthier et Francine Charles se sont gentiment prêté au jeu, Mme Charles ayant occupé le siège du maire.

Les participantes ont aussi eu le privilège d’assister à des conférences de femmes bien engagées en politique, notamment celles de la députée provinciale de Mirabel, Sylvie D’Amours, de la greffière et de la directrice adjointe de la Ville de Mirabel, Suzanne Mireault et Louise Lavoie. En tout, cinq directrices ont mis leur expertise à la disposition des futures candidates.

Dans un esprit de rendre l’événement du weekend encore plus concret, les organisatrices avaient prévu la simulation d’un comité plénier avec période de questions.

Les activités ont pris fin avec la conférence de Caroline Thibault, la directrice des communications de la ville hôte, qui a expliqué aux participantes l’importante place des communications en politique.

Formule préparatoire appréciée

La coordonnatrice du RFL, Vicky Langlais, en est convaincue, SimulActions aidera les candidates à consolider leur décision de faire le saut en politique active. Ou permet peut-être à certaines de réaliser que la politique n’est pas pour elle. «On ne veut pas juste encourager les femmes pour qu’elles se présentent, on veut aussi les soutenir. Alors, on leur fait voir la réalité», indique Mme Langlais.

Les conseillères municipales Guylaine Coursol et Francine Charles, qui en sont à leur deuxième mandat, le disent sans hésiter: elles auraient bien aimé recevoir le bagage de connaissances et bénéficier du soutien de mentores à leurs débuts. Elles ont dû apprendre sur le terrain.

«Moi, j’aurais aimé savoir tout cela avant de m’embarquer. Je ne savais même pas ce qu’était une dérogation», souligne Mme Charles. «Et tu n’imagines pas tous les dossiers à traiter dans une ville», ajoute sa collègue Guylaine Coursol.

Du côté des candidates ayant pris part à ce SimulActions, qui en était à sa neuvième édition au Québec, elles ont résumé ce que le weekend leur avait apporté par les termes: confiance – inspiration – vision – motivation – solidarité – partage – collaboration.

L’aspirante conseillère Stéphanie Béland, qui se présentera dans le secteur de Saint-Scholastique sous la bannière de Mouvement citoyen Mirabel (MCM), en est repartie pour sa part regonflée de confiance. «C’était une belle occasion de pouvoir vivre un vrai conseil Ça m’a confirmé que j’étais vraiment à ma place et prête à affronter les fonctions de conseillère. Ça solidifié ma décision. Comme femme, on a souvent un sentiment d’imposteur. J’ai beaucoup apprécié d’être entourée de femmes. C’était inspirant», affirme Mme Béland.

- PUBLICITÉ -

La dernière édition

- PUBLICITÉ -
Top