- PUBLICITÉ -
Dernier regard sur une communauté religieuse de Rosemère

Frère Boutet

Dernier regard sur une communauté religieuse de Rosemère

Externat Sacré-Cœur de Rosemère

Adjacente à l’Externat Sacré-Cœur de Rosemère se trouve une maison (modeste) où sont abrités cinq religieux. Ce sont les Frères du Sacré-Cœur, des hommes qui ont fait le vœu de pauvreté, de chasteté, et d’obéissance, il y a de cela fort longtemps.

Cette construction de cinq étages, bâtie davantage en longueur qu’en largeur, fut à une certaine époque la demeure de nombreux frères, alors professeurs dans des écoles de la région, puis à l’Externat Sacré-Cœur quelques années plus tard.

Aujourd’hui, à quelques semaines de leur départ définitif (fin avril), les cinq frères de la communauté du Sacré-Cœur s’apprêteront à quitter leur demeure pour rejoindre leurs confrères dans d’autres villes.

Nouvelle vocation

D’un commun accord et fidèles à la mission de leur congrégation, c’est-à-dire l’éducation, les cinq frères ont approuvé, voire cautionné la nouvelle vocation de la maison. Cette dernière verra le jour sous forme d’une annexe à l’Externat Sacré-Cœur. «Nous voulons améliorer la bibliothèque actuelle de l’école. C’est important. Le nouveau bâtiment va avoir la forme d’un U», explique le directeur de la maison, le frère Boutet.

Accompagné du frère Perreault (décrit ici comme l’encyclopédie vivante de l’histoire de l’Externat), le frère Boutet évoque alors la vocation première de la maison. «Dans les années 1950, la maison servait de lieu de formation pour les jeunes religieux et pour ceux en devenir», rappelle-t-il.

C’était jusqu’en septembre 1976. Alors que de moins en moins de jeunes aspirent à une vie religieuse, le postulat des frères du Sacré-Cœur ouvre ses portes aux externes. C’est le départ de l’école mixte, accessible aux laïcs. «L’Externat a été décrété école privée dès ses débuts, en 1976», ajoute le frère Boutet.

Ni émoi ni inquiétude

Même si on affiche au compteur une moyenne d’âge de 82 ans, le déménagement à venir n’altère en rien la bonne humeur des frères. «C’est notre doyen de 94 ans qui fait hausser la moyenne, de dire le frère Perreault, la voix pleine de rire. Nous, on est plus jeunes», continue-t-il en badinant.

Questionnés sur une éventuelle nostalgie à quitter les lieux, ni le frère Boutet ni le frère Perreault ne semblent souffrir d’un quelconque vague à l’âme. Trois d’entre eux iront rejoindre la communauté de Granby, tandis que les deux autres hésitent encore dans leur choix final.

Relation

L’Externat du Sacré-Cœur vit une très belle relation avec les frères. D’ailleurs, le doyen des frères œuvre toujours au magasin général de l’établissement. Au moment d’écrire ces lignes, ce dernier était parti en retraite pour une quinzaine de jours.

«La pastorale est très développée à l’Externat. Les élèves sont impliqués dans les causes humanitaires et partent à l’extérieur en mission. Ils sont actuellement au Mexique pour un stage (NDLR: semaine de relâche). L’année dernière, ils sont partis au Sénégal et l’année auparavant, c’était l’Amérique du Sud», mentionne le frère Boutet, qui siège au conseil d’administration de l’école.

 

 

 

 

- PUBLICITÉ -

La dernière édition

Section concours

- PUBLICITÉ -
Top