- PUBLICITÉ -
Denis Paré conteste la division des districts électoraux

Le conseil municipal du district du Vieux-Saint-Eustache, Denis Paré.

Denis Paré conteste la division des districts électoraux

À Saint-Eustache

Le conseiller municipal du Vieux-Saint-Eustache, Denis Paré, veut faire modifier la division des districts électoraux tel que prévu par la Ville en vertu d’un projet de règlement déposé au cours de la séance du 12 mars dernier et qui établit la répartition des électeurs en vue des élections municipales de novembre 2013.

Absent de cette séance-là pour cause de maladie, le conseiller Paré démontre tout de même son opposition au projet. Il veut forcer la tenue d’une consultation, estimant que la répartition des électeurs dans les différents districts n’est pas juste. Il a d’ailleurs déposé une pétition de plus de 300 signatures à la fin du mois de mars où il était question d’une opposition au projet de règlement en tant que tel, et de la tenue d’une consultation à cet effet.

Il semble que toutes les conditions soient réunies pour la tenue d’un tel exercice, l’avis public publié par la Ville mentionnant que «le conseil tiendra une séance de consultation aux fins d’entendre les personnes présentes qui désireront s’exprimer au sujet de ce projet de règlement si au moins deux cent quinze (215) électeurs ont fait connaître par écrit leur opposition».

Les récriminations de M. Paré, qui siège à l’hôtel de ville comme conseiller indépendant, sont de trois ordres. Dans un premier temps, il estime que la répartition actuelle, même si elle est légalement fonctionnelle, n’est pas équitable. Alors que certains districts comportent entre quelque 3 000 et 3 200 électeurs (Plateau-des-Chênes, de la Seigneurie et du Vieux-Saint-Eustache, par exemple), d’autres en ont plus de 3 700, comme le district des Jardins, ceux des Érables et de Rivière-Nord. Ensuite, il estime que le découpage de la Ville en dix districts, en 2005, a fait perdre des rues à celui qu’il représente, des rues qu’il aimerait retrouver. «Il faudrait que l’on mettre ça égal à plus ou moins 4 200 électeurs par district», lance-t-il.

Finalement, il estime que ce découpage en dix districts électoraux n’est pas fonctionnel et que l’on devrait revenir à huit, comme auparavant. Pour étayer ses propos, M. Paré met de l’avant le fait que certaines villes de la province, dont Québec fait partie, diminuent leur nombre de districts. «C’est une tendance», affirme-t-il, soulignant que l’augmentation de la population eustachoise ne justifie pas l’ajout de deux districts. «Les gens veulent revenir à huit districts», croit-il, estimant que les salaires et avantages sociaux des deux districts ajoutés représentent plusieurs centaines de milliers de dollars sur quatre ans. «La dette de la Ville aujourd’hui s’établit à 108 millions de dollars, si on prend en considération les organismes contrôlés, ajoute M. Paré. Il faudrait sabrer dans les dépenses.»

M. Paré exprime sa fierté devant le nombre de signatures recueillies en quelques jours seulement, soulignant qu’il s’agit de la première fois, à Saint-Eustache, qu’une carte électorale est contestée. «Il s’agit d’un geste démocratique et non politique», a-t-il déclaré en entrevue, soutenant qu’il allait s’assurer d’une présence nombreuse de la population à cette consultation.

 

 

- PUBLICITÉ -

La dernière édition

Section concours

- PUBLICITÉ -
Top