- PUBLICITÉ -

De l’argent additionnel pour aider le Fonds Julie Thorn

Un montant de 468 $ a été amassé au restaurant Boston Pizza de Saint-Eustache lors de la plus récente activité de financement organisée au profit du Fonds Julie Thorn, créé à la suite du décès de Julie Thorn, 16 ans, à la polyvalente Deux-Montagnes (PDM), en raison d’un arrêt cardio-respiratoire. Depuis la création de ce fonds, c’est donc quelque 17 000 $ qui ont été recueillis pour éviter justement qu’un autre drame du genre ne survienne de nouveau.

Le fonds en question a été mis sur pied, dès 2012, par Marie-Hélène Thorn, sœur de Julie, et Marie-Hélène Proulx, une amie proche de la défunte, avec le soutien de la Fondation du Grand Montréal.
Le Fonds Julie Thorn, explique Marie-Hélène Thorn, «veut fournir des défibrillateurs externes automatisés (DEA) ou du matériel pour la pratique de la réanimation cardiorespiratoire (RCR) et de la défibrillation [comme des mannequins, défibrillateurs de pratique] aux écoles de la région et du Québec».

La PDM ne possédait pas de défibrillateurs externes au moment du drame, et qui sait si Julie, une élève de 5e secondaire, aurait pu être sauvée si justement l’établissement en avait été munis? Et si la plupart des écoles secondaires du Québec en sont aujourd’hui équipés, on ne sait pas toujours à l’interne comment les utiliser adéquatement.

Des dons à la PDM et à l’ÉSO

Pour pallier à ce problème, quatre dons ont, à ce jour, été accordés à des écoles, dont la PDM qui a reçu le 21 février 2020, huit ans, jour pour jour, après le décès de Julie, quatre défibrillateurs d’entraînement et d’autant de mannequins afin de permettre aux élèves de s’exercer et ainsi avoir le pouvoir de sauver des vies grâce à la RCR et à l’utilisation d’un défibrillateur. Chaque année, plus de 340 élèves seront ainsi formés par leurs enseignants.

Également, le Fonds Julie Thorn a fait don à l’École secondaire d’Oka (ÉSO), en décembre dernier, de quatre mannequins de pratique pour la RCR et de quatre défibrillateurs de pratique.
Quant à cette plus récente activité de financement, qu’il ne faut pas oublier, elle a été tenue, comme mentionné, au Boston Pizza de Saint-Eustache qui a choisi de s’associer annuellement au Fonds Julie Thorn en raison du fait qu’il s’agit d’une «cause locale» car plusieurs de ses employés étudient ou ont étudié à la PDM.

Au total, donc, ce sont 468 $ qui ont été amassés un peu plus têt cette année, montant qui a été officiellement remis au Fonds Julie Thorn le 9 juillet dernier, ce qui permettra à Marie-Hélène Thorn et Marie-Hélène Proulx d’être en mesure d’effectuer un prochain don d’ici peu.
Pour en savoir davantage, il est possible de consulter le [https://fgmtl.org/fr/nouvelle.php?n=171] ou de consulter la page [http://www.facebook.com/fondsjuliethorn/].

- PUBLICITÉ -

La dernière édition

- PUBLICITÉ -
Top