- PUBLICITÉ -
Dans Mirabel: Une nouvelle députée avec la caquiste Sylvie D'Amours

Sylvie D’Amours

Dans Mirabel: Une nouvelle députée avec la caquiste Sylvie D’Amours

Après dix ans d’amour avec Denise Beaudoin, les électeurs de la circonscription de Mirabel ont finalement porté leur choix électoral vers la candidate de la Coalition avenir Québec, Sylvie D’Amours, femme d’affaires et ex‑conseillère municipale bien connue à Saint-Joseph-du-Lac.

La nouvelle députée de Mirabel a vécu une soirée électorale électrisante lundi soir. Les premiers résultats donnaient une avance à son adversaire Denise Beaudoin, mais en moins de 30 minutes, la tendance a changé en la favorisant et pour creuser son avance à mesure que la soirée avançait.

À 22 h, on lui confirmait qu’elle était bel et bien élue députée, avec 16 169 votes en sa faveur et 14 056 pour Mme Beaudoin. En tout, elle a récolté 39,5 % des votes exprimés.

Sylvie D’Amours estime que c’est sa notoriété personnelle et ses efforts déployés depuis la campagne électorale de 2012 qui lui ont permis de remporter ce comté, qui était loin d’être gagné. «Depuis le début, Mirabel est une circonscription péquiste. Aussi, c’est une grande victoire pour moi. J’en suis très fière, mais ça ne se gagne pas tout seul, vous savez. J’ai une équipe derrière moi qui a travaillé fort et j’ai eu le soutien de mon chef (François Legault) tout au long de la campagne», affirme‑t‑elle.

Mme D’Amours entend faire du transport en commun une priorité dans le cadre de ses nouvelles fonctions. Et surtout faire avancer le dossier de la gare de train de banlieue. «La gare de Mirabel, Denise Beaudoin n’a jamais résolu ce dossier. Moi, j’en fais une priorité. Qu’on soit ou non au pouvoir, le transport en commun, c’est l’affaire de tout le monde», laisse savoir la nouvelle députée.

Cette dernière envisage également de s’occuper des services prioritaires destinés aux citoyens, dont l’éducation, la santé et le manque de médecins. «Il y a toujours eu un laissé-pour-compte dans Mirabel. Le PIB est très développé, mais les services ne suivent pas. Pourtant, il y a 4 800 électeurs de plus qu’en 2012. Va falloir que Mirabel puisse aller de l’avant. Ça prend quelqu’un qui a une volonté et je l’ai», assure‑t‑elle.

Mme D’Amours se sent confiante de pouvoir faire avancer sa circonscription. «J’ai toujours travaillé dans la circonscription de Mirabel et je me suis impliquée. Je connais les enjeux régionaux et surtout les enjeux sectoriels. Les gens savent que même si on est dans l’opposition, les dossiers vont être travaillés convenablement», a conclu Mme D’Amours, pressée d’aller retrouver la troupe de la CAQ, qui se trouvait à Repentigny, aux côtés de François Legault.

 

 

 

- PUBLICITÉ -

La dernière édition

- PUBLICITÉ -
Top