- PUBLICITÉ -
Daniel Goyer, candidat pour le PQ dans Deux-Montagnes

Daniel Goyer

Daniel Goyer, candidat pour le PQ dans Deux-Montagnes

Une deuxième tentative

Après quelques semaines de réflexion, Daniel Goyer, conseiller municipal à la Ville de Saint-Eustache, annoncera officiellement, mardi prochain, sa candidature pour défendre les couleurs du Parti québécois (PQ) dans la circonscription électorale de Deux-Montagnes en vue des prochaines élections provinciales.

Déjà, M. Goyer a été candidat pour le PQ lors de l’élection du 26 mars 2007, mais avait dû composer avec la vague adéquiste qui avait déferlé sur une bonne partie du Québec. Il avait alors terminé deuxième, 1 132 voix derrière la candidate de l’Action démocratique du Québec (ADQ), Lucie Leblanc. À l’élection suivante, en décembre 2008, c’était cette fois Benoit Charette qui avait été désigné pour représenter le PQ. Il l’avait emporté, mais il a depuis quitté les rangs péquistes pour se joindre au nouveau parti Coalition avenir Québec (CAQ) de François Legault.

«Oui, j’ai été approché par plusieurs personnes, et j’en suis flatté et reconnaissant. C’est touchant d’avoir des témoignages comme celui de ce jeune de Saint-Eustache, Charles Berthelet», a-t-il fait savoir, lors d’un entretien téléphonique, mardi dernier, alors qu’il était toujours en période de réflexion. Ces propos faisaient allusion à cette lettre ouverte parue dans L’ÉVEIL du 3 mars dernier.

Flatté des témoignages d’appréciation à son égard et des demandes faites en ce sens ces dernières semaines, M. Goyer a indiqué, au moment de cet entretien, que sa décision n’allait pas être prise en fonction de la défaite qu’il a connue, il y a près de cinq ans: «C’est vrai que l’on dit “chat échaudé craint l’eau froide”. Mais si je me rappelle bien, Hélène Robert a perdu la première fois qu’elle s’est présentée. Elle a par la suite été élue trois fois de suite. Même Robert Bourassa a perdu, et est revenu gagnant.»

Cela dit, M. Goyer n’a pas caché qu’il avait toujours le goût, à 58 ans, de travailler pour la souveraineté du Québec, et aux côtés de Pauline Marois. «Je crois qu’elle a fait preuve d’une belle détermination, ce qui, à mon avis, est une qualité pour quelqu’un qui aspire à être première ministre du Québec», a commenté Daniel Goyer au sujet de cette crise «navrante» qu’a traversée la formation péquiste au cours de l’année 2011.

Par ailleurs, Daniel Goyer disait aussi, toujours mardi dernier, avoir d’autres scénarios en tête, dont celui de poursuivre son travail au sein du centre de tri Tricentris, dont le siège social est basé à Lachute et dont il est l’un des membres du comité exécutif à titre de représentant de la Ville de Saint-Eustache. «Tricentris gère, avec trois centres de tri, à Lachute, Terrebonne et bientôt Gatineau, près de 40 % des matières recyclables du Québec. Il y a de beaux projets à venir, et la question environnementale m’a toujours intéressé», avait confié celui qui est actuellement secrétaire-trésorier du comité exécutif de Tricentris.

Notons que l’exécutif du PQ de Deux-Montagnes tiendra la période de mise en candidature pour le choix de son candidat du 19 au 28 mars. Une lettre en ce sens sera envoyée aux membres en règle du PQ aux alentours du 15 mars. Par après, les péquistes intéressés à devenir le candidat de la formation pourront se manifester officiellement et remplir leur bulletin de mise en candidature. Bien évidemment, si plus d’un candidat est sur les rangs, une assemblée d’investiture sera alors nécessaire.

 

 

 

- PUBLICITÉ -

La dernière édition

- PUBLICITÉ -
Top