- PUBLICITÉ -

Audrey Meilleur et Claudine Fournier, des mamans bénévoles en or!

Créer de la magie à l’école

Depuis sept ans, Claudine Fournier et Audrey Meilleur font vivre des moments magiques aux élèves de l'école primaire des Ramilles, située à Blainville.

Mamans et entrepreneures, elles s’impliquent toutes deux bénévolement auprès des jeunes participants au miniconseil d’établissement, «le MiniCoge». Elles accompagnent ainsi les élèves de la maternelle à la sixième année dans la réalisation de projets porteurs.

Mme Fournier explique qu’en début d’année, chaque classe doit élire un représentant. Il s’agit là d’un grand honneur et une belle source de fierté pour les élèves sélectionnés qui, au fil des mois, sont appelés à se réunir et à échanger sur les problématiques vécues dans chaque groupe et à réfléchir à des solutions. Les sept élèves sont également invités à formuler un souhait. Et c’est là que la magie prend tout son sens.

Passer une nuit à l’école, créer un jeu d’évasion, organiser un troc de vêtements, faire une activité sur le miel, les voeux des enfants vont dans tous les horizons.

«C’est ça qui est le fun, de voir leurs idées et voir comment on peut rendre ça viable. C’est toujours super intéressant et les jeunes sont fiers», mentionne Audrey Meilleur.

«Il n’y a pas d’idée folle. Tout est possible. Les jeunes sont super impliqués et super allumés», renchérit Claudine Fournier.

Très investies auprès des élèves, les deux mamans mettent tout en oeuvre afin de permettre la réalisation des souhaits. Création de décors, recherche de financement, demande d’autorisation, elles se complètent l’une et l’autre et accompagnent les enfants dans l’organisation de chaque projet, leur donnant du même coup un bel exemple de dépassement de soi.

De voir les étincelles dans les yeux des enfants est assurément une grande source de motivation pour elles, mais ce qui les émerveille encore davantage, c’est de voir les participants au MiniCoge s’épanouir tout au long de cette aventure.

L’année 2021 aura posé un défi supplémentaire, en raison de la pandémie, mais les deux femmes ont tout de même réussi à maintenir un lien avec les élèves, malgré la distance. Elles espèrent maintenant pouvoir réaliser une fête de fin d’année haute en couleurs pour les enfants, qui le méritent tant!

- PUBLICITÉ -

La dernière édition

- PUBLICITÉ -
Top