- PUBLICITÉ -
Création de la Table de vigilance des citoyens de Saint-Eustache

Accompagné de quelques membres

Création de la Table de vigilance des citoyens de Saint-Eustache

«Nous voulons des réponses complètes et satisfaisantes»

Estimant qu’ils n’obtiennent pas des réponses satisfaisantes de la part de l’administration du maire Pierre Charron sur différents dossiers, un groupe de citoyens a mis sur pied la Table de vigilance des citoyens de Saint-Eustache.

Annoncée officiellement en conférence de presse, cette organisation a pour objectif de recueillir les questions des citoyens, de les relayer aux élus et de rediffuser leurs réponses, le tout par courriel. Partie avec quatre ou cinq personnes il y a plusieurs années, la Table compte actuellement une centaine de membres.

Son porte-parole, Robert St-Germain, affirme avoir en main une liste de diffusion de quelque 2 000 adresses courriel. «Cela fait quatre ans que je vais aux séances du conseil municipal, et j’obtiens des réponses non satisfaisantes», explique M. St-Germain, un habitué de la période de questions lors de ces séances. «Le but est véritablement de centraliser, de regrouper les questions des citoyens afin d’obtenir non seulement une réponse, mais une réponse complète, précise et satisfaisante», dit-il.

Et des questions, la Table de vigilance en a plusieurs. Ces questions concernent une foule de sujets d’intérêt public. Pour l’heure, ces questions portent notamment sur la garantie obtenue du constructeur lors de la construction de la piscine municipale, de l’achat du terrain du Club de golf Deux-Montagnes et des coûts supplémentaires liés à son développement industriel et résidentiel, de la vente des locaux de l’ancienne bibliothèque municipale et des projections sur la dette municipale.

La Table a déjà envoyé toute une série de questions aux membres du conseil municipal et espère obtenir des réponses de leur part. «L’autre étape, ce sera de se présenter à 10, 15, 20, 25 personnes au conseil et de poser trois ou quatre questions chacun», dit-il, soulignant que la période de temps limitée allouée aux questions du public risque de compliquer leurs démarches.

En dernier recours, Robert St-Germain affirme que la Table se tournera vers le ministère des Affaires municipales pour obtenir les réponses qu’il n’aura pas eues de la part des membres du conseil.

À de nombreuses reprises au cours d’une entrevue avec L’ÉVEIL, M. St-Germain a dit qu’il ne s’opposait pas, par exemple, au développement industriel et résidentiel des terrains du golf, mais qu’il se questionne sur certains éléments, comme le fait d’avoir acheté le terrain plutôt que d’avoir laissé aller les lois du marché: «Je ne dis pas non au golf, mais je veux connaître le pourquoi du prix d’achat et, ensuite, c’est quoi le « game plan »», explique-t-il.

À moins d’un an des élections municipales de novembre prochain, la création d’un organisme de cette nature, qui talonne l’administration actuellement en place à la mairie de Saint-Eustache, pourrait être vue comme une prémisse à la fondation d’un parti politique. M. St-Germain affirme cependant que la Table de vigilance des citoyens de Saint-Eustache n’est pas un parti politique et qu’elle ne le deviendra pas non plus.

Nourrit-il, lui-même, des ambitions politiques? «Absolument pas», jure-t-il, assurant qu’il aimait son travail actuel et que même s’il a déjà été approché en ce sens auparavant, il a répondu par la négative.

- PUBLICITÉ -

La dernière édition

- PUBLICITÉ -
Top