- PUBLICITÉ -
Consultation pré-budgétaire: un exercice jugé utile et pertinent

Quelques-uns des intervenants qui ont pris part à cette rencontre de consultation pré-budgétaire du nouveau gouvernement libéral à Ottawa.

Consultation pré-budgétaire: un exercice jugé utile et pertinent

S’il faut se fier aux commentaires recueillis au terme de la rencontre de consultation pré-budgétaire à laquelle ils ont pris part, le vendredi 29 janvier dernier, à Boisbriand, les intervenants d’ici disent avoir extrêmement apprécié l’exercice qu’ils ont jugé fort utile et fort pertinent. Un exercice qu’ils souhaitent évidemment voir se répéter à l’avenir.

Interrogés sur le vif au terme de la rencontre qu’avait initiée les députés libéraux de Rivière-des-Mille-Îles et de Thérèse–De Blainville, Linda Lapointe et Ramez Ayoub, avec le secrétaire parlementaire des Finances, François-Philippe Champagne, ceux-ci n’avaient, en effet, que de bons mots à formuler.

Une excellente idée

C’est le cas du maire de Saint-Eustache, Pierre Charron, qui est loin d’avoir trouvé cette rencontre futile: «Ça nous a permis de pouvoir émettre nos idées, nos attentes en terme de budget et d’implication du gouvernement fédéral. C’était une excellente idée», a-t-il commenté.

«Pour nous, notre attente majeure, c’est de voir un investissement majeur dans les infrastructures, autant au niveau des rues, des services, bâtisses, ouvrages comme des ponts. Nous avons aussi des attentes pour le milieu communautaire et les logements sociaux», de préciser le maire.

De son côté, Marie-Claude Renaud, des Ressources communautaires l’ACJ+, un organisme basé à Saint-Eustache offrant des services d’hébergement temporaire et un service de dépannage de jour pour les jeunes âgés de 12 ans et plus, croit que ses préoccupations ont été entendues.

«Moi, c’est la lutte à la pauvreté que je défends, l’exclusion sociale, l’itinérance. C’est important qu’on maintienne les investissements à ce niveau», de déclarer la directrice de l’organisme.

Un exercice à répéter

Les mairesses de Rosemère et de Sainte-Thérèse, Madeleine Leduc et Sylvie Surprenant, ont aussi grandement apprécié. «C’est nouveau. C’était bien préparé. J’espère que ça va se répéter parce que l’on sent que nous allons avoir un contact plus proche étant que nous avons des élus au sein du gouvernement au pouvoir», a souligné, pour une, Mme Leduc, qui place le dossier des infrastructures en tête de liste de ses priorités.

«Pour moi, de telles rencontres, que ce soit au municipal, au provincial ou au fédéral, devraient toujours se faire en concertation, et c’est ce que nous avons vécu ce matin. Trop souvent, les gens travaillent en vase clos. Je pense que nous sommes rendus dans une société dans laquelle nous avons avantage à travailler ensemble», d’ajouter, de son côté, Mme Surprenant, tout en précisant qu’un tel exercice aurait dû être fait bien avant.

Une «belle ouverture au dialogue»

Directrice générale de la Chambre de commerce et d’industrie MRC de Deux-Montagnes (CCI2M), Mélanie Laroche a qualifié cette rencontre de «belle ouverture au dialogue»Ça n’avait pas été fait dans les années passées. Nous ne sommes vraiment pas Montréal, nous avons notre propre réalité. Cette rencontre nous a donc permis d’avoir un lien direct avec le gouvernement », s’est félicitée cette dernière.

Même son de cloche, enfin, de la part de France Sylvain, directrice générale de la Société de développement économique de Thérèse–De Blainville (SODET), pour qui cette rencontre «a été un très bel exercice et permis d’avoir eu une oreille attentive du gouvernement fédéral», a noté celle-ci.

- PUBLICITÉ -

La dernière édition

- PUBLICITÉ -
Top