- PUBLICITÉ -
Compteurs intelligents: Hydro‑Québec riposte

L’un des compteurs intelligents qu’entend déployer Hydro‑Québec.

Compteurs intelligents: Hydro‑Québec riposte

Résolutions adoptées par des municipalités

Réagissant aux résolutions adoptées ces dernières semaines par les élus de Deux-Montagnes, Saint-Eustache et Sainte-Marthe-sur-le-Lac concernant ses compteurs intelligents, Hydro‑Québec entend, comme prévu, les déployer dès l’automne prochain sur les territoires des municipalités de Saint-Eustache, Deux-Montagnes, Sainte‑Marthe-sur-le-Lac, Saint-Joseph-du-Lac, Pointe-Calumet, Oka, Saint‑Placide et Mirabel.

C’est ce que laisse entendre un courriel qu’a fait parvenir Patrice Lavoie, des Affaires publiques et médias pour Hydro‑Québec, après avoir pris connaissance des textes parus dans nos journaux, le plus récent dans LA CONCORDE du 21 août dernier. Dans ce texte, il était question de la résolution adoptée par les élus de Deux-Montagnes à leur séance ordinaire du mois d’août demandant «au gouvernement du Québec qu’il impose à Hydro‑Québec un moratoire de trois mois concernant l’installation de compteurs de nouvelle génération à radiofréquences sur le territoire de la Ville de Deux‑Montagnes». Les élus de Sainte‑Marthe-sur-le-Lac ont, eux, demandé un moratoire immédiat.

Sur ce point, M. Lavoie écrit que «les activités d’Hydro‑Québec ne sont pas assujetties à la réglementation municipale et qu’en vertu de la loi, c’est la Régie de l’énergie du Québec, un tribunal administratif indépendant, qui a juridiction pour étudier et autoriser les projets d’Hydro‑Québec liés à la distribution d’électricité».

M. Lavoie précise aussi que la Régie de l’énergie a autorisé le projet des compteurs de nouvelle génération en octobre 2012, tout en adoptant des règles permettant aux clients qui le désirent de choisir un compteur non communicant, moyennant le paiement de frais d’installation et de relève du compteur de 304 $ la première année et de 206 $ les années suivantes.

«Par ailleurs, en matière de santé, la Régie de l’énergie a jugé que les compteurs de nouvelle génération ne représentent pas un risque pour la santé, alors que d’autres autorités compétentes (Santé Canada, Direction de la santé publique) ont aussi émis des opinions favorables au projet», ajoute M. Lavoie dans ce même courriel.

En ce qui a trait aux résolutions des élus de Saint-Eustache et de Sainte‑Marthe-sur-le-Lac qui appuient une motion de l’Assemblée nationale du Québec demandant à Hydro‑Québec d’offrir la possibilité à ses clients de refuser l’installation d’un compteur dit intelligent, et ce, sans frais supplémentaires, là encore le porte-parole d’Hydro‑Québec s’en remet à la Régie de l’énergie du Québec qui, dit‑il, a jugé les frais demandés «justes et raisonnables».

«Hydro‑Québec a bien pris connaissance de la motion adoptée [par l’Assemblée nationale] et est sensible aux préoccupations qui ont été exprimées. […] Le compteur de nouvelle génération étant l’option de base offerte aux clients, le client qui décide de se prévaloir d’une option de retrait doit assumer les coûts supplémentaires qu’elle occasionne en fonction du principe du demandeur-payeur. On évite ainsi que le coût de ce choix soit assumé par l’ensemble de la clientèle», écrit‑il.

Enfin, M. Lavoie assure que les municipalités touchées par le déploiement à venir en ont été informées au cours de l’été. «Au besoin, à la demande des municipalités et en collaboration avec elles, Hydro‑Québec peut tenir une séance d’information de type «portes ouvertes» pour renseigner ses clients du secteur concerné au sujet de la technologie», mentionne‑t‑il, ajoutant même qu’une présentation sur la technologie a été faite au conseil de la MRC de Deux-Montagnes ainsi qu’à Mirabel en janvier 2012.

- PUBLICITÉ -

La dernière édition

- PUBLICITÉ -
Top