- PUBLICITÉ -
Dpute De Mirabel

La députée de Mirabel, Sylvie D’Amours.

Chiffres à l’appui: Sylvie D’Amours déplore le sous-financement pour les Laurentides

Le 16 octobre dernier, l’Institut de la statistique du Québec (ISQ) publiait son édition 2017 de son bulletin statistique régional des Laurentides. Après étude, la députée de Mirabel, Sylvie D’Amours, considère que l’organisme neutre et indépendant amène un éclairage sur le sous-financement, dont est victime sa circonscription, et plus largement, la région des Laurentides.

Alors que la population des Laurentides représente 7,2 % de celle du Québec, le bulletin statistique de l’ISQ annonce que les investissements publics en immobilisation dans la région ne représentent que 4,4 % du montant provincial. Après vérification, l’écart perdure d’année en année. «Chaque mois qui passent, les citoyens sont de plus en plus pénalisés d’habiter ici. Est-ce normal? J’ose croire qu’il n’y a aucune raison partisane à cet état de fait. C’est pourquoi, j’espère que la situation sera réglée rapidement, notamment via des grands projets en matière de transport collectif et en infrastructure routière», a martelé Sylvie D’Amours.

En effet, alors que Mirabel se distingue avec la croissance annuelle démographique la plus rapide du Québec, il devient évident que les investissements du gouvernement libéral ne suivent pas. «La population, ajoute la députée, augmente à un rythme incroyable et l’argent ne suit pas le citoyen qui déménage dans la région. Cela occasionne de la congestion routière, des transports en commun bondés et inaccessibles, des délais d’hôpitaux inacceptables, etc. Au bout de la ligne, ce sont les familles qui paient le prix de l’inaction du parti libéral».

Services en santé déficient

Les statistiques démontrent également qu’en 2015, la région comptait 1,6 médecin pour 1000 habitants alors que la moyenne québécoise est de 2,3. Les Laurentides avaient un ratio de 10,1 personnels infirmiers pour 1000 habitants alors que la moyenne québécoise était de 13,8.

«Ce sont des chiffres qui ne mentent pas, renchérit Sylvie D’Amours. Les citoyens ont moins de services qu’ailleurs et c’est totalement inéquitable. Ajoutons que nous attendons toujours une rénovation majeure de l’urgence de l’Hôpital de Saint-Eustache ainsi qu’une augmentation des services médicaux dans l’ouest de ma circonscription. Le constat est clair: le gouvernement doit corriger le tir». 

Se disant exaspérée par cette situation, la députée soumettra une énième correspondance, cette fois-ci au premier ministre Philippe Couillard, sur la question du sous-financement ainsi qu’aux ministres responsables des enjeux prioritaires de la circonscription afin de finalement faire bouger les choses.

- PUBLICITÉ -

La dernière édition

Section concours

- PUBLICITÉ -
Top