- PUBLICITÉ -

Laurie McFall, présidente, et Benoit Larocque, co-coordonnateur du ROCL.

Budget provincial: Un pas dans la bonne direction pour les organismes communautaires

Le Regroupement des organismes communautaires des Laurentides (ROCL) tient à saluer l’investissement annoncé de 35 M$ au Programme de soutien aux organismes communautaires (PSOC) lors du dernier budget du gouvernement provincial.

Pour Benoit Larocque, co-coordonnateur du ROCL: «Il s’agit d’une bonne nouvelle pour les organismes communautaires en santé et services sociaux de la région, dans le cadre d’un premier budget de ce gouvernement. Maintenant, nous avons à nous assurer que la répartition de cet investissement se fasse de façon équitable entre les régions et que nous ayons toute la marge de manœuvre nécessaire dans la région pour procéder à sa répartition.»

En effet, pour le ROCL, il est très important que le ministère de la Santé et des Services sociaux (MSSS) investisse la totalité de ces sommes pour la mission globale des organismes communautaires autonomes, donc du financement structurant et récurrent.

Selon la présidente du ROCL, Laurie McFall, «Ce type de financement à la mission globale doit nous permettre l’application de notre cadre régional de financement afin que la répartition entre les organismes respecte les principes d’équité, si chers à nos membres et inscrits dans celui-ci, soit à mission comparable financement comparable. C’est pourquoi, nous souhaitons que ces investissements ne soient  pas orientés d’avance en fonction de balises ministérielles ou de pressions politiques. La gestion du programme PSOC étant régionalisé, nous espérons que le gouvernement respectera son engagement en faveur de l’autonomie et des priorités des régions.»

Encore du chemin à parcourir

Bien que l’ampleur de l’investissement soit historique, le ROCL rappelle que d’autres investissements seront à faire dans les prochaines années afin d’atteindre les budgets nécessaires au fonctionnement minimal de l’ensemble des organismes communautaires du Québec. «On est encore loin de la coupe aux lèvres. Les besoins globaux des organismes se chiffrent toujours à 360 M$ pour le Québec dont 17 M$ pour la seule région des Laurentides», de signaler Benoit Larocque.

Finalement, le ROCL tient à rappeler également que malgré l’investissement annoncé pour les organismes, d’autres efforts devront être faits pour une meilleure répartition de la richesse, une plus grande accessibilité à des services publics de qualité pour tous et toutes et une lutte efficace contre les changements climatiques, qui ont de plus en plus d’impact sur nos santés.

- PUBLICITÉ -

La dernière édition

- PUBLICITÉ -
Top